Fossile

Sarigue de Cuvier

Peratherium cuvieri

Ce petit marsupial de l’Éocène supérieur provient des carrières de plâtre de Montmartre, à Paris. En 1804, le dégagement en amphithéâtre des os épipubiens de ce fossile logé dans un bloc de gypse assura la popularité du grand anatomiste Georges Cuvier.

Peratherium cuvieri dite "Sarigue de Cuvier"

© MNHN - P. Loubry

À écouter

Écoutez l'histoire de la sarigue de Cuvier racontée par Ronan Allain, paléontologue au Muséum.

 

D'autres histoires fabuleuses sur nos collections sont à retrouver dans Les Curieuses histoires du Muséum, un podcast original co-produit par France Culture et le Muséum national d'Histoire naturelle.

Un spécimen essentiel pour la recherche scientifique

Identifiant cet animal à un marsupial — c’est-à-dire un mammifère à poche ventrale — proche des sarigues actuelles à partir de sa dentition, le scientifique prédit qu’en continuant le dégagement, il tomberait sur les os marsupiaux situés à l’avant du bassin. Il eut la chance de les trouver car tous les marsupiaux fossiles n’en ont pas ! (Ou ils sont cartilagineux et non préservés lors de la fossilisation.)

Cuvier appliqua donc son principe de corrélation des organes selon lequel tout être organisé forme un système unique dont les parties se correspondent mutuellement. Aucune partie ne pouvant changer indépendamment des autres, chaque partie prise isolément engendre par conséquent toutes les autres. Cette assertion permettait de faire des « prédictions » à partir de la découverte d’un seul élément...

De nos jours, les sarigues ne vivent plus qu’en Amérique.

Christine Argot

 

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Gingko digita sur fond noir
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Libellule géante fossilisée sur fond blanc
    Dans les réserves
    Fossile de plésiosaure sur fond noir
    Dans les réserves
    Fossile de placoderme
    Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée