Araliopsoides

Araliopsoides cretacea

Les plantes à fleurs sont apparues il y a plus de 130 millions d’années. Tout d’abord discrètes dans le paysage végétal, elles sont devenues dominantes à partir de la fin du Crétacé.

Araliopsoides - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - R. Thomas

Araliopsoides appartient à la famille du lierre, déjà présente voici 100 millions d’années et retrouvée dans les formations gréseuses du Dakota. Cette empreinte de feuille montre les détails les plus fins de la nervation du limbe, permettant son identification.

Ce fossile fait partie d’un ensemble obtenu et décrit à la fin du xixe siècle par Gaston de Saporta, un paléobotaniste français qui a notamment participé à la création du Comité de paléontologie française. Cet auteur a pu remarquer le remplacement des flores et leurs modifications au cours du temps, notamment dans ses travaux sur les flores fossiles du sud-est de la France et plus généralement d’Europe. Par de nombreux échanges épistolaires, il a soutenu Charles Darwin dans ses réflexions et c’est l’un des premiers paléobotanistes évolutionnistes.

Les formations du Crétacé du Dakota ont livré de nombreuses autres empreintes de végétaux fossiles provenant des familles des platanes, magnolias, lauriers et bouleaux, avec des restes de fougères et conifères proches des séquoias, ainsi que des plantes et animaux aquatiques. Cela a permis de reconstituer l’environnement et de révéler la diversité des plantes à fleurs déjà abondantes au temps des dinosaures.

Dario De Franceshi

Catégories

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée
    Dans les réserves
    Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée