Fossile

Hoplites

Hoplites dentatus

Ce bloc fossilifère montre une concentration d’organismes très variés qui se sont accumulés au fond de la mer crétacée à la suite d’une grosse tempête.

Spécimen fossilisé d'hoplites sur fond blanc

Hoplites - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - D. Serrette

L’étage géologique Albien est défini dans le département de l’Aube. Certaines couches sédimentaires livrent d’abondants fossiles, de surcroît très bien préservés.

Le bloc fossilifère illustré montre une accumulation de coquillages et de coraux : autour de la grande coquille d’ammonite (Hoplites dentatus) se trouvent des gastéropodes (Pseudanchura carinata, Metacerithium trimonile, Scalaria dupiniana), des bivalves (Nucula pectinata, Arca carinata), des scaphopodes (Dentalium decussatum) et des coraux solitaires (Trococyathus conulus).

Tous vivaient à l’origine dans des environnements différents ! L’ammonite nageait au sein de la colonne d’eau, certains bivalves et gastéropodes vivaient à la surface du sédiment, cependant que d’autres étaient enfouis dans la vase ; les coraux filtraient l’eau à l’interface eau-sédiment.

C’est probablement à la faveur d’une tempête que tous ces organismes ont été dérangés, arrachés à leur zone de vie habituelle, transportés par les courants sous-marins et ensevelis ensemble. Lorsqu’il reconstitue les environnements du passé, le paléontologue doit donc faire attention aux mélanges d’organismes qui vivaient dans des milieux variés et que la mort puis l’ensevelissement ont associés pour l’éternité.

Sylvain Charbonnier

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Gingko digita sur fond noir
    Dans les réserves
    Fossile de plésiosaure sur fond noir
    Dans les réserves
    Trilobite fossilisé
    Dans les réserves
    Diplodocus
    Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée
    Dans les réserves