Fossile

Ginkgo digitata

Ginkgo digitata

Avec une seule espèce actuelle rescapée, les ginkgos constituaient une famille diversifiée jusqu’à une époque récente. Son grand groupe de plantes connut son apogée durant le Mésozoïque.

Gingko digita sur fond noir

Ginkgo - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - J.-C. Domenech

Ce magnifique fossile du Jurassique, aux feuilles largement découpées, comporte encore des parties en compression sur la dalle qui lui sert de support. Il est très caractéristique avec ses feuilles en éventail découpé. On remarque des colorations différentes : les zones claires correspondent à l’empreinte de la feuille qui a disparu depuis, les zones plus sombres aux restes de la feuille compressée, où la matière organique en partie transformée chimiquement est encore présente.
Certains éléments peuvent être analysés pour divers types d’études sur ces fossiles et leur environnement de vie.

Le mode de reproduction des ginkgos, avec de gros ovules chargés de réserves, les distingue des conifères, auxquels ils sont plus ou moins apparentés. Ces arbres étaient autrefois répandus dans les zones aujourd’hui tempérées de l’hémisphère Nord, avec des formes variées. Les glaciations du Quaternaire eurent raison de l’essentiel de leurs populations, hormis au sud-est de la Chine où certaines ont pu migrer dans des zones méridionales lors des périodes froides.

Dario De Franceschi

Catégories

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée
    Spécimen de Cérithe de Lamarck sur fond noir
    Dans les réserves
    Diplodocus
    Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée
    Libellule géante fossilisée sur fond blanc
    Dans les réserves