Quel âge a la Terre ?

La Terre s’est formée il y a 4,567 milliards d’années[1], presque en même temps que la formation du système solaire. Mais la Terre n’a pas toujours été considérée aussi vieille…

 

L’âge de la Terre : un débat séculaire

Si la Terre semblait éternelle pour certains philosophes antiques, son âge n’a ensuite cessé d’être débattu pendant des siècles. D’abord considéré à l’aune des récits bibliques, cet âge s’est tenu à une chronologie courte qui n’alla pas au-delà de 6000 ans.

Ce n’est qu’à partir du XV111e siècle que l’âge de la Terre devient une question scientifique, portée par l’essor de la géologie. Pour la première fois, l’étude des couches sédimentaires amène à considérer des temps longs, qui se comptent en plusieurs millions d’années.

Des savants s’essayent alors à différentes méthodes de datation, parmi lesquelles nous pouvons citer les expériences du comte de Buffon, au XV111e siècle.

Le comte de Buffon observe l’accumulation annuelle de sédiments ou encore calcule le temps théorique de refroidissement d’une planète en fusion comme la Terre. Sans parvenir à des résultats suffisants, il contribue à démontrer que la Terre est bien plus ancienne que les quelques milliers d’années relatés par les récits de la Création.

Système solaire et planétaire dressé par Bauerkeller - Bauerkeller, Georg Michael (1805-1886), 1860

© Bibliothèque nationale de France

Mappemonde, carte universelle de la terre, Nolin, J.-B.., Dessinateur, 1755

© Bibliothèque nationale de France
Statue de George-Louis Leclerc, comte de Buffon, au Jardin des Plantes de Paris

Statue de George-Louis Leclerc, comte de Buffon, au Jardin des Plantes de Paris

© MNHN - A. Iatzoura

Quand la radioactivité précise l’âge de la Terre

Il faut attendre la découverte de la radioactivité pour mettre un terme à cette querelle chronométrique. Au début du XXe siècle, plusieurs physiciens et, en particulier Ernest Rutherford, développent une méthode de datation basée sur la désintégration radioactive.

Ces premières méthodes demeurent néanmoins incomplètes jusqu'aux travaux de Clair Patterson dans les années 50. En utilisant la méthode de datation par l'uranium-plomb pour dater une météorite, le géochimiste en déduit l’âge de la Terre : 4,55 milliards d’années.[2]

La datation radiométrique de météorites

Les météorites primitives, sont constituées d’éléments réfractaires (les chondres) qui se sont formés pendant les premiers millions d’années du système solaire. Elles nous apportent ainsi un témoignage précis sur la formation de la Terre.

L’âge de la Terre a ainsi pu être précisé, en 2009, grâce à l'analyse des minéraux alumino-calciques de la météorite d'Allende, tombée en 1969 dans l'État de Chihuahua (Mexique).[3]

Chondre vu au microscope.

Chondre dans la météorite de Sainte Rose (x50)

© MNHN

Pour aller plus loin

Un podcast à découvrir en famille : écoutez les expériences du comte de Buffon pour estimer l'âge de la Terre.

©

[1] Patrick DE WEVER, Le Beau Livre de la Terre, Dunod, 2014, p.6.

[2] Patrick DE WEVER, Le Beau Livre de la Terre, Dunod, 2014, p.354 ; Patrick DE WEVER, Temps de la Terre, temps de l’Homme, Albin Michel, 2012, p. 144.

[3] The Parisianer. Chroniques du Muséum - Éditions du Muséum national d’Histoire naturelle, 2021 ; Patrick DE WEVER, Temps de la Terre, temps de l’Homme, Albin Michel, 2012, p. 144.

Article rédigé en avril 2022. Remerciements à Patrick De Wever, géologue, professeur émérite au Muséum national d'Histoire naturelle, pour sa relecture et sa contribution.

    Découvrez Nos dossiers

    Météorite d'Esquel
    La Terre souffre d’amnésie infantile. Même si ses archives géologiques sont anciennes, elles se sont construites, comme les palimpsestes médiévaux, aux dépens de documents antérieurs.
    La Terre est continuellement soumise à une pluie de poussières cosmiques qui tombent, de jour comme de nuit, sur terre comme dans les océans. La grande difficulté est de parvenir à les identifier, à les distinguer de la poussière terrestre.
    Face au changement climatique, pourquoi est-il urgent de préserver les milieux polaires ?