Histoires de chutes de météorites

Découvrez quelques histoires de chutes de météorites dans le monde qui ont marqué les esprits à travers les siècles.

Bendegó, 1787, Brésil

Cette masse de fer de 5 tonnes, de plus de 2 mètres de long, découverte en 1784, est la plus grosse météorite du Brésil. Pendant un siècle, plusieurs expéditions ont tenté de la sortir de la forêt tropicale sans succès. On la disait ensorcelée, ne voulant quitter sa place.

En 1888, s'organise le plus épique des transports. Après 4 mois de voyage dans un chariot sur roues et sur rails, tiré par une douzaine de paires de bœufs et des hommes, la météorite peut enfin parcourir les 113 km qui l’amènent au train puis au bateau et enfin au Muséum national de Rio de Janeiro !

La météorite était si célèbre qu’une reproduction en bois a été montrée à Paris à l’Exposition universelle de 1889.

Merci à Wilton Carvalho pour nous avoir permis de diffuser les photos de Humberto Saraiva Antunes.

En 1888, le transport épique de la météorite de Bedengo s’organise jusqu’au Muséum national de Rio de Janeiro.

© H. Saraiva Antunes

En 1888, le transport épique de la météorite de Bedengo s’organise jusqu’au Muséum national de Rio de Janeiro.

© H. Saraiva Antunes

En 1888, le transport épique de la météorite de Bedengo s’organise jusqu’au Muséum national de Rio de Janeiro.

© H. Saraiva Antunes

En 1888, le transport épique de la météorite de Bedengo s’organise jusqu’au Muséum national de Rio de Janeiro.

© H. Saraiva Antunes

En 1888, le transport épique de la météorite de Bedengo s’organise jusqu’au Muséum national de Rio de Janeiro.

© H. Saraiva Antunes

En 1888, le transport épique de la météorite de Bedengo s’organise jusqu’au Muséum national de Rio de Janeiro.

© H. Saraiva Antunes

Météorite de Chassigny

© MNHN - J.-C. Domenech

Météorite de Chassigny, 1815, France

Tombée en 1815, la météorite de Chassigny est l’une des plus précieuses conservée au Muséum. D’origine martienne, elle est l’unique chute observée de son groupe (les chassignites). Les météorites martiennes du Muséum font l’objet de nombreux prêts pour des recherches à l’international.

Knyahinya, 1866, Ukraine

Cette météorite de 500 kg trouvée en une centaine de fragments a longtemps été considérée comme l’une des plus grosses chutes connues. De nombreux témoins racontent avoir entendu le bruit de détonations avant de voir la chute de plus de 1 000 pierres.

Météorite de Knyahinya

© MNHN

Strathmore, 1917, Angleterre

Le 3 décembre 1917, une brillante boule de feu traverse le ciel d’Écosse, suivie d’une série de détonations. La famille Hill à Keithick Lodge se trouve dans sa maison quand l’un des fragments traverse la toiture. À Carsie Farm, l’épouse d’un fermier voit un morceau atterrir à environ 20 m de ses pieds. Plus loin, un autre fragment tombe dans un pré, effrayant les moutons qui pâturaient : les fermiers le retrouveront le lendemain.

Météorite d’Allende

© MNHN - J.-C. Domenech

Météorite d’Allende, 1969, Mexique

Allende est l’une des météorites les plus étudiées. Ses inclusions réfractaires, structures blanches particulièrement visibles, se sont formées il y a 4 567 milliards d’années. C’est grâce aux éléments radioactifs contenus dans ces inclusions réfractaires que l’on a pu déterminer l’âge du système solaire.

Tcheliabinsk, 2013, Russie

Le matin du 15 février 2013, des milliers de personnes aperçoivent un météore traverser le ciel de l’Oural. Le phénomène est filmé par des centaines de caméras, notamment au-dessus de la ville de Tcheliabinsk. Le météoroïde mesure environ 20 m, pesant plus de 10 000 tonnes avec une vitesse pré-atmosphérique de 15 km/s. Il explose à environ 30 km d’altitude. L’onde de choc touche 4 000 bâtiments ; les vitres se brisent, les portes volent et les murs tremblent, blessant plus de 1 000 personnes. Le plus gros fragment récupéré, de 540 kg, a été retrouvé au fond d’un lac. Un tel événement n’arriverait que tous les 100 ans.

Trace du météore de Tcheliabinsk, deux à trois minutes après son explosion (Russie, 2013)

CC BY-SA 3.0 Константин Кудинов

Fragments de la météorite de Tcheliabinsk (Russie, 2013)

© MNHN - J.-C. Domenech

Fragments de la météorite de Tcheliabinsk (Russie, 2013)

© MNHN - J.-C. Domenech

Dossier rédigé en octobre 2018

Conférences en ligne

Retrouvez toutes les conférences du cycle "Météorites, entre ciel et terre" sur notre chaîne YouTube.

    Découvrez Nos dossiers

    Parmi les trésors de sa Galerie de Minéralogie, le Muséum national d’Histoire naturelle conserve d’authentiques joyaux issus des collections royales et impériales de la Couronne de France.