Animation de Noël © MNHN - François Grandin Parc zoologique de Paris
Définition

Qu'est-ce que l'antispécisme ?

L’antispécisme est un courant philosophique qui, comme son nom l’indique, entend s’opposer au spécisme (les deux termes étant apparus en même temps dans les années 70) qui accorde une considération morale distincte à différentes espèces animales, plaçant souvent l’Homme au-dessus des autres.

L'animal : un être sensible

Regroupant tous les organismes eucaryotes pluricellulaires mobiles et hétérotrophes, le règne animal comprend les insectes, les arachnides, les vertébrés, les invertébrés ; bref, les tigres comme les fourmis, les tardigrades comme les escargots, et bien sûr, les Hommes.

En fait, il s'agit de tout ce qui se bouge autour de nous, et qui peut potentiellement faire preuve de sensibilité, comme le stipule l’article L214 du code rural : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

Les antispécistes prônent donc la « libération de l’animal » en s’opposant à toute forme d’élevage (actions pour lesquels ils sont le plus souvent médiatisés) mais aussi de détention d’animaux dans les zoos ou même dans la sphère domestique. Si le mouvement a légitimement permis de faire de la question animale un enjeu de société, un « antispécisme pur » est cependant totalement utopique. En effet, la moindre action de culture végétale implique la mise à mort de nombreux ravageurs (insectes notamment), sans compter que, si manger des plantes peut sembler plus éthique que manger des animaux, les recherches récentes montrent que ce sont des êtres plus sociaux et complexes que l'on ne le pensait jusqu'à présent, ce qui pousse des biologistes et philosophes à nous inviter à repenser également notre rapport au végétal !

Chien et cochon marchant ensemble

Chien et cochon marchant ensemble

© T. Cooper

Enfin, force est d’admettre que, sans notion de hiérarchie aucune, l’Homme n’est pas un animal tout à fait comme les autres, car il est sans doute le seul à se demander s’il a le droit ou non de manger d’autres animaux...

Christophe Lavelle, chercheur au CNRS et au Muséum national d’Histoire naturelle

Tous animaux, tous sensibles| Web-série « Humains et autres animaux »

© MNHN
    Quoi de neuf au muséum ?
    La carrière de talc de Luzenac
    Retrouvez nos actualités et nos dossiers thématiques pour mieux comprendre l'humain et la nature.