Oiseaux

Les oiseaux sont considérés comme appartenant au groupe des dinosaures théropodes. Si les oiseaux se caractérisent notamment par un bec corné, des plumes et pondent des œufs, ce sont leurs membres antérieurs formant des ailes qui frappent l’imaginaire. Très similaires dans leur morphologie, ils sont très diversifiés dans leurs comportements et milieu de vie.

Présentation

La collection d’oiseaux comprend environ 130 000 spécimens mis en peau, dont 2 500 types, 600 d’entre eux ayant été validés, et quelque 400 spécimens d’une centaine d’espèces disparues ou en voie de disparition, 30 000 spécimens montés sur socle, 6 000 quelettes et de petites collections d’oiseaux en alcool, de nids et d’œufs.

Une collection de prélèvements de sang et d’organes (quelques milliers d’échantillons), de contenus intestinaux et de parasites internes accompagne la plupart de préparations récentes. Cette collection de tissus est, pour le moment, majoritairement à usage interne (chercheurs, étudiants de thèse ou master). Des envois de tissus sont cependant effectués dans le cadre de projets de recherche (français ou internationaux) hors muséum. Un inventaire général des spécimens en peau, réalisé au niveau spécifique, indique que 75 % des espèces (parmi les 10 000 reconnues au niveau mondial) sont représentées dans ces collections.

Les types font l’objet de la publication de catalogues par familles ou ordres. Pour l’heure, 28 500 spécimens sont consultables en ligne, mais seule la collection d’oiseaux en peau de France et celle de squelettes ont fait l’objet d’une informatisation systématique.

Historique

Les collections sont le fruit de nombreuses missions réalisées depuis la fin du XVIIIe siècle. Buffon et P. Sonnerat figurent parmi les premiers contributeurs historiques. De nombreux ornithologues et explorateurs l’ont enrichie par la suite.

Trois grandes collections ont ainsi été léguées au Muséum : celles des frères Verreaux, du Dr Marmottan, et d’A. Boucard. Au début du XIXe siècle, de belles collections d’Amérique du Sud ont été rapportées par Delalande, Alcide d’Orbigny et de Castelnau. Plus tard dans le siècle, d’importantes collectes ont été envoyées par le Père Armand David (Asie), A. Marche (Afrique, Philippines, Mariannes), L.-R. Germain (‘Cochinchine’, Nouvelle-Calédonie), et, au XXe siècle, par G. Babault (Inde et Afrique équatoriale), R. Malbrant (Afrique) et J. Delacour (Indochine et Madagascar) notamment.

Parmi les plus grosses contributions, on peut citer les collections rapportées par les grandes expéditions françaises de la première moitié du XIXe siècle, comme celles du « Naturaliste » et du « Géographe » (capitaine N. Baudin), de « L’Uranie » (L. de Freycinet), de « La Coquille » (I. Duperrey), de « La Thétys » et de « L’Espérance » (H. de Bougainville), « L’Astrolabe » (J. Dumont d’Urville).

Activités

Ces collections sont à vocation principalement scientifique et muséographique. Les oiseaux sur socle servent à de nombreuses expositions en interne et à l’extérieur de l’établissement. Sur le plan scientifique, les collections de mises en peau sont à la base d’études taxonomiques (définition de nouvelles espèces, limite d’espèces, d’études morphologiques – variation du plumage), et étho-écologiques (comme l’étude des lumières réfléchies et des patrons de coloration).

Les squelettes sont utilisés pour des travaux d’anatomie comparée ou comme référence pour l’identification de restes animaux retrouvés dans les fouilles archéologiques. Les prélèvements de tissus constituent une source d’ADN pour des études de phylogénie/phylogéographie et génétique des populations. La collection s’accroît régulièrement (saisies, centre de soins, zoos, missions de terrain).

Les objets de collection

Découvrez une sélection d'objets faisant partie de notre collection d'oiseaux.

Dans les réserves
Grande Galerie de l’Évolution
Dans les réserves
Dans les réserves
Grande Galerie de l’Évolution
Dans les réserves
Grande Galerie de l’Évolution

Notes de bas de page