Faut-il nourrir les oiseaux en hiver ?

Nourrir les oiseaux pendant les périodes de grand froid leur apporte un petit coup de pouce bienvenu. Il est cependant indispensable de respecter quelques règles, notamment d’hygiène, pour que ce nourrissage soit bénéfique.

À quoi sert-il de nourrir les oiseaux l’hiver ?

La réponse semble aller de soi. Mettre de la nourriture à disposition des oiseaux durant l’hiver les aide à survivre à la saison froide quand les aliments se font plus rares dans la nature. Grégoire Loïs, biologiste et directeur adjoint de Vigie-Nature, programme de sciences participatives du Muséum national d’Histoire naturelle, tempère cependant : « La nourriture apportée ne concerne qu’un petit cortège d’espèces et ne change que peu leur probabilité de survivre à l’hiver, à moins qu’il ne soit exceptionnellement rigoureux. Rappelons que les oiseaux vivent sur notre planète depuis des millions d’années. »

Pour le scientifique, la raison la plus importante est que le nourrissage nous permet de contempler la vie sauvage, de créer du lien avec la nature et de générer de l’empathie envers ces animaux. Les oiseaux sont peu farouches. Ils s’approchent sans trop de crainte des habitations, ce qui permet de les observer depuis une fenêtre.

Chardonnerets perchés sur une mangeoire en bois.

Chardonneret élegant (Carduelis carduelis)

© Tunatura - stock.adobe.com

Que leur donner à manger ?

Les aliments adaptés sont les graines de tournesol, les noix, les cacahuètes (non salées) et, en période de grand froid, de la margarine ou du saindoux.

Pour leur santé, il ne faut pas donner n’importe quoi à manger aux oiseaux. Pas de pain, par exemple. De même, il faut éviter les graisses très saturées, car elles nuisent à la capacité de reproduction des oiseaux.

Il est également important de fournir une nourriture saine. Cela implique de la stocker dans un endroit sec et à l’abri des animaux domestiques et des rongeurs pour éviter sa contamination par des moisissures ou autres agents pathogènes qui pourraient rendre malade les oiseaux. De même, ne laissez pas la nourriture plus de deux jours dans la mangeoire pour éviter qu’elle ne pourrisse. Privilégiez les petites quantités à renouveler régulièrement.

Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus)

© Nitr - stock.adobe.com.jpeg

Quelles précautions prendre pour la mangeoire ?

Si la nourriture doit être saine, la mangeoire se doit également d’être d’une propreté irréprochable. « Des agents pathogènes se multiplient dans la mangeoire et infectent les oiseaux. Pour les éliminer, il faut la nettoyer avec de l’eau savonneuse, voire utiliser un peu d’eau de Javel pour la désinfecter », recommande Grégoire Loïs. Un lavage quotidien est idéal. Nettoyez aussi les abords de la mangeoire, y compris les fientes au sol.

Des épidémies frappent régulièrement les populations de nos amis ailés. C’est le cas de la trichomonose qui touche les Verdiers d’Europe. Cette infection de la gorge les empêche de se nourrir.

Un autre danger guette les volatiles fréquentant les mangeoires : les prédateurs, essentiellement les chats. Pensez à placer les auges à 1,50 mètre du sol et à écarter tout ce qui pourrait servir à l’ascension des félins.

En respectant ces quelques règles simples, vous pourrez profiter en toute quiétude du fabuleux bal des oiseaux devant vos fenêtres.

Mésanges charbonnières (Parus major)

© Fotoparus - stock.adobe.com.jpeg

Faut-il continuer aux beaux jours ?

Le nourrissage peut s’arrêter à l’arrivée du printemps. D’autant que les oiseaux ont besoin de sources plus riches en protéines, comme les larves d’insecte. Qui plus est, aux beaux jours, la chaleur risque de gâter plus vite la nourriture. Prenez garde également à ce que la mangeoire ne soit pas à proximité d’un nichoir. Les va-et-vient de nombreux oiseaux perturberaient ceux en train de couver.

Sans s’interdire totalement de le faire, il est plutôt recommandé de ne plus alimenter les mangeoires passé l’hiver.

Participez au comptage des oiseaux !

Depuis 2012, le programme de sciences participatives Oiseaux des jardins vous propose d'aider les naturalistes à comprendre l’évolution des populations d'oiseaux.

Pour participer, rendez-vous sur :LE site de l'observatoire de sciences participatives "Oiseaux des jardins"

Pour aller plus loin À quoi sert le baguage des oiseaux ?

Verdier d'Europe (Chloris chloris)

© Ivan - stock.adobe.com.jpeg
Pinson aux plumes brunes, grises, noires et blanches.

Pinson des arbres (Fringilla coelebs)

© JuergenL - stock.adobe.com
Mésange aux plumes bleues, jaunes, blanches et noires.

Mésange bleue (Cyanistes caeruleus)

© J.C. Salvadores - stock.adobe.com

Article rédigé en janvier 2023. Remerciements à Grégoire Loïs, ornithologue et directeur adjoint du programme Vigie-Nature au Muséum, pour sa relecture et contribution.

    Quoi de neuf au muséum ?
    Retrouvez nos actualités et nos dossiers thématiques pour mieux comprendre l'Homme et la nature.