La Planète Revisitée

Les naturalistes ont décrit à ce jour 2,1 millions d'espèces. Il en reste sans doute 8 à 30 millions à décrypter ! Ajoutez à l’équation que beaucoup sont en voie d’extinction : le quart, voire la moitié, pourrait disparaître d’ici le milieu ou la fin du siècle. Découvrir cette biodiversité pour mieux la protéger est donc crucial. C’est la vocation de La Planète Revisitée. Suivez-nous…

La Planète Revisitée porte bien son nom. Ce grand programme d’exploration de la nature a pour but de redécouvrir ce que l’on croyait connaître : la variété des espèces aquatiques et terrestres de notre globe. Au cours des trente dernières années, les scientifiques ont en effet pris conscience de l’immensité de la biodiversité, alors même qu’elle est en train de s’émousser sous nos yeux, en lien avec les activités humaines et le réchauffement climatique.

Pour les découvrir à temps et tenter de les protéger, nos équipes partent à l’assaut des régions les plus riches, encore vierges pour certaines : des zones tropicales aux grandes profondeurs océaniques. Et compte tenu de l’urgence, pas question de lésiner sur les moyens : entre 15 et 40 personnes se relaient sans cesse sur place ! Chercheurs, amateurs de haut niveau, techniciens, photographes garantissent la richesse des résultats et alimentent les grandes bases de données internationales.

Le rythme d’exploration est lui aussi impressionnant : Santo au Vanuatu en 2006, le Mozambique et Madagascar en 2009-2010, la Papouasie-Nouvelle-Guinée en 2012-2014, la Guyane en 2014-2015, la Nouvelle-Calédonie en 2016-2021, la Corse en 2019-2022

Et d’autres destinations sont à l’étude…

"Laboratoire" mis en place pour la durée de la mission, dans les locaux de la Divine Word University à Madang (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

© MNHN/PNI/IRD - X. Desmier

L'équipe des botanistes met sous presse les échantillons collectés dans les parcelles d'étude pour identification ultérieure (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

© MNHN/PNI/IRD - X. Desmier

Collecte d'échantillons d'algues sur la zone infralittorale du lagon de Madang (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

© MNHN/PNI/IRD - X. Desmier

Collecte d'échantillons botaniques à 30 m dans la canopée d'une forêt hyper-humide de Nothofagus (vers 2 700 m d'altitude) (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

© MNHN/PNI/IRD - X. Desmier

Santo - Arboglisseur

© Gamma

La Planète Revisitée, Santo

© MNHN/PNI

Les scientifiques s’intéressent de près aux espèces « négligées » : les invertébrés, les algues et les champignons, qui représentent une part importante de la biodiversité et jouent un rôle fondamental dans l’équilibre des écosystèmes. Il est indispensable de les inclure largement dans les stratégies de conservation et de ne pas se focaliser seulement sur des espèces emblématiques comme cela a été le cas pour des tortues, mammifères, oiseaux… L’heure n’est plus au symbole.

À la clé, des collections de "nouvelle génération" témoignant de l'état de la planète en ce début du XXIe siècle. Vous en avez peut-être déjà entendu parler ? Car nous avons à cœur de partager nos connaissances avec le plus grand nombre grâce à nos projets pédagogiques ou expositions. Une façon de vous embarquer avec nous dans cette quête du vivant.

Les explorations de La Planète Revisitée

Notes de bas de page