Spécimen naturalisé

Manchot empereur juvénile

Aptenodytes forsteri

Plus grand représentant de la famille des manchots, cet oiseau emblématique de l’Antarctique bat également le record de l’adaptation au froid.

Autre spécimen de manchot empereur juvénile exposé dans la Grande Galerie de l’Évolution

© MNHN - A. Iatzoura

Comme tous les représentants de ce groupe, le manchot empereur a perdu la faculté de voler au cours de son évolution. Les os du membre supérieur sont aplatis, transformant ses ailes en ailerons natatoires qui lui permettent de « voler » sous l’eau où il se propulse avec des pointes de 30 km/heure. Grâce à son plumage extrêmement dense, renforcé par une couche isolante de filaments duveteux entre la peau et les plumes, il peut résister aux températures extrêmes de l’air comme de l’eau.

Spécimens de manchot empereur juvénile dans les collections du Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - A. Iatzoura

Ces oiseaux très sociables constituent des colonies compactes au sein desquelles les individus se déplacent régulièrement pour se protéger du blizzard. La femelle pond un œuf unique, qui est couvé par le mâle et protégé par un épais repli de peau de l’abdomen. Les jeunes manchots empereurs naissent au cœur de l’hiver austral et vont vivre en « crèches  » jusqu’à l’arrivée de l’été austral. Ils auront alors mué et seront prêts à prendre le large.

Le manchot empereur est classé parmi les espèces quasi menacées de la Liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

Catégories

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Calao bicorne - Muséum national d'Histoire naturelle
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves