Reconstitution chimérique

Dodo

Raphus cucullatus

Disparu à la fin du XVIIe siècle, moins d’un siècle après sa découverte, le dodo, pigeon géant de l’île Maurice, est devenu un symbole des extinctions animales causées par l’Homme.

Reconstitution du dodo

© MNHN

Le dodo, un pigeon granivore et frugivore

Le dodo, ou dronte de Maurice, a disparu si rapidement après sa découverte qu’on s’est même interrogé, au XIXe siècle, sur la réalité de son existence ! Les preuves matérielles se résumaient à quatre spécimens très fragmentaires et à des représentations devenant de plus en plus fantaisistes au fil du temps.

La découverte de très nombreux restes subfossiles conservés dans la tourbe de la Mare-aux-Songes, lieu-dit situé dans le sud-est de l’île Maurice, en 1865, a permis de collecter de nombreux ossements et de décrire plus précisément cet oiseau. L’image du gros volatile maladroit s’estompe peu à peu au profit d’un oiseau plus ordinaire, celui-ci ayant été souvent peint dodu car les peintres avaient pour modèles des spécimens captifs gavés de biscuits !

Ce pigeon granivore et frugivore représentait une source de nourriture importante et facile d’accès pour les explorateurs européens qui faisaient escale sur l’île, quoique sa chair fût réputée mauvaise. Victime de surchasse et surtout de l’introduction d’espèces importées, il subit une disparition rapide, malheureusement emblématique des effets de la colonisation humaine.

De Lewis Carroll aux studios de dessins animés, le dodo a inspiré de nombreux artistes et de multiples représentations.

Christine Lefèvre

À écouter

Écoutez l'histoire du dodo racontée par Jacques Cuisin, délégué à la conservation au Muséum.

D'autres histoires fabuleuses sur nos collections sont à retrouver dans Les Curieuses histoires du Muséum, un podcast original co-produit par France Culture et le Muséum national d'Histoire naturelle.

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Grande Galerie de l’Évolution
    Dans les réserves