Accueillir la biodiversité

Changement climatique, perte d’habitat et rareté des ressources pèsent sur la faune sauvage. Et si vous lui faisiez une place dans votre jardin ou sur votre balcon ?

Hérisson dans un jardin

© A. Fotos on Unsplash

Bienvenue au hérisson

Comment prendre soin de ce discret petit animal dont l’espérance de vie peut atteindre une décennie mais qui ne dépasse pas trois ans en moyenne ? Souvent écrasé sur la route, en manque de nourriture en hiver, notamment à cause des pesticides, le hérisson s’approche de plus en plus de nos villes et s’aventure dans nos jardins. Fabriquez-lui un abri. Posez 2 bûches au sol de manière parallèle, puis 3 ou 4 autres de manière transversale au-dessus, et protégez cette cabane le plus possible du vent, de la pluie et du passage. Aménagez ensuite l’intérieur ou laissez l’animal le faire lui-même en abandonnant quelques feuilles mortes sur place. Ne visez pas trop petit : une femelle peut donner naissance à 6 choupissons. Votre invité, dont le territoire de prédilection est la forêt, appréciera de se déplacer sur un vaste territoire. Réservez à ce carnivore friand d’escargots, de vers et d’insectes une bande de verdure non tondue où il saura dénicher sa nourriture.

Mésange bleue

© MNHN - O. Ricci

Vive les oiseaux !

Les oiseaux régulent par eux-mêmes leur température corporelle, mais ils ont besoin d’un apport énergétique élevé durant les périodes froides pour la maintenir autour de 40°C. Un vrai défi, car les ressources en hiver se font rares. C’est donc dès l’automne que vous pouvez leur installer une mangeoire, de préférence au calme et à proximité de cachettes, d’arbres ou de buissons, car ils aiment emporter leur nourriture pour la consommer à l’abri. Vous pouvez suspendre un récipient rempli de graines ou bien vous lancer dans la construction d’une mangeoire avec des planches de bois (1 cm minimum). Ce n’est pas sorcier !

© Small Bang

Nichoir avec oiseau gros-bec

© A.-M. Barbieri

Ces animaux ont également besoin d’un endroit - qu’ils repèrent assez tôt - pour élever leurs petits. Installez-leur un nichoir avant janvier. Préférez une zone peu ombragée, en hauteur (minimum 2,50 m), au calme, à l’abri du vent et des prédateurs. Étudiez bien sa taille et sa forme, car elles sont plus ou moins attractives selon les espèces. Dans le doute, vous pouvez consulter le site de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO). Pensez à nettoyer l’abri tous les ans, à l’automne, avec de l’eau bouillante, et laissez-le bien sécher pour éviter le développement de maladies et de champignons. Prêt pour fabriquer un nichoir ?

Et les petites bêtes ?

Murets, friches, prairies fleuries sont précieux pour les petites bêtes en tous genres, très utiles à la biodiversité. Laissez la nature s’exprimer en toute liberté, même au sein d’un périmètre modeste, et elles viendront à vous !

Prairie fleurie

© M. Komori on Unsplash

Comment s'y prendre ?

Profitez des conseils de Vigie-Nature École pour construire votre mangeoire ou nichoir. Inspirez-vous des fiches pédagogiques à destination des scolaires pour d’autres activités en faveur de la biodiversité.

Découvrir les fiches pédagogiques de Vigie-Nature École

Participer au programme BirdLab

Si vous souhaitez installer une mangeoire dans votre jardin et sur votre balcon, le programme de sciences participatives BirdLab devrait vous plaire. Sous la forme d’un jeu sur mobile ou tablette, il vous propose de récolter des informations précieuses pour nos scientifiques, en relevant les comportements des oiseaux devant leurs mangeoires.

en savoir plus sur BirdLab

Article rédigé en mars 2022. Tous nos remerciements à Alexandra Villarroel, coordinatrice Particip'Arc et Vigie Muséum, pour sa précieuse relecture et sa contribution.

    Quoi de neuf au muséum ?
    Retrouvez nos actualités et nos dossiers thématiques pour mieux comprendre l'Homme et la nature.