Un zèbre dans un champ.
Mammifères

Zèbre de Grant

Equus quagga boehmii

Le zèbre de Grant, Equus quagga boehmii, est la plus petite des 6 sous-espèces de zèbres des plaines et la plus commune.

Un zèbre dans un champ.

Zèbres de Grant

© MNHN - F.-G. Grandin

Mode de vie

Les zèbres vivent en harem composé d’un étalon qui assure la sécurité en restant à l’arrière, prêt à intervenir à l’approche d’un prédateur ou d’un rival, de plusieurs femelles dont une dominante, souvent la plus âgée, qui va guider le groupe et les jeunes. Vers 3 ans, les mâles rejoindront d’autres célibataires. Les liens sociaux sont renforcés par un toilettage mutuel fait du bout des dents sur l’encolure et le dos. Les femelles mettent bas au milieu du troupeau, sous la protection du mâle. Le nouveau-né doit en quelques heures être capable de se lever, prêt à fuir si un prédateur approche.

Les zèbres, comme bon nombre d’herbivores non ruminants qui assimilent mal les végétaux qu’ils ingèrent, passent jusqu’à 70 % de leur activité à manger ! Ils doivent également boire tous les jours et plusieurs troupeaux se retrouvent autour des points d’eau, souvent en compagnie d’autres espèces.

Signes distinctifs

Au stade fœtal, le zèbre est noir. Les bandes blanches apparaissent au long du développement. Les juvéniles ont un pelage plus long et épais tirant sur le marron roux. Selon les espèces, les rayures sont plus ou moins larges. Ainsi le zèbre de Grévy a de fines rayures qui ne descendent pas sur le ventre, tandis que chez les zèbres de plaines, dont fait partie le zèbre de Grant, les rayures, plus larges, se rejoignent sous le ventre. La crinière, également rayée, a des crins courts dressés sur la tête et l’encolure.

Avec des yeux placés de part et d’autre de la tête, le champ de vision du zèbre est large, ce qui lui permet de repérer les prédateurs et de pouvoir donner l’alerte au reste du troupeau.

Anecdote

Plusieurs hypothèses cherchent à expliquer les rayures du zèbres : « code barre » leur permettant de se reconnaître entre eux, « trompe l’œil » perturbant les prédateurs qui auraient du mal à distinguer un individu dans la masse, « répulsif » pour éloigner taons et mouches tsétsé d’ordinaire attirés par la lumière polarisée reflétée horizontalement par un pelage sombre, les bandes blanches reflétant la lumière en tous sens et perturbant ainsi les insectes piqueurs.

Deux zèbres de Grant dans un champ.

Zèbres de Grant

© MNHN - F.-G. Grandin
Deux zèbres de Grant sous un arbre.

Zèbres de Grant

© MNHN - F.-G. Grandin
Gros plan sur la tête de deux zèbres de Grant.

Zèbres de Grant

© MNHN - F.-G. Grandin
Gros plan sur la tête et le dos de deux zèbres de Grant.

Zèbres de Grant

© MNHN - F.-G. Grandin
Gros plan sur la tête d'un zèbre de Grant.

Zèbres de Grant

© MNHN - F.-G. Grandin
Deux zèbres de Grant dans un champ.

Zèbres de Grant

© MNHN - F.-G. Grandin
Un zèbre dans un champ.

Zèbres de Grant

© MNHN - F.-G. Grandin

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos animaux
    Troupeau de cerfs axis
    Réserve zoologique de la Haute-Touche
    Kangourou géant
    Ménagerie, zoo du Jardin des Plantes
    Gros plan sur la tête d'un Ttigre de Sumatra.
    Réserve zoologique de la Haute-Touche
    Tatou à six bandes femelle près d'une branche.
    Parc zoologique de Paris
    Parc zoologique de Paris