Fossiles

Sables de la collection d’Orbigny

Le sable est un nom bien singulier. De fait, on devrait dire les sables car il en existe une variété, leur seule caractéristique commune est la taille des grains, quelle que soit leur composition.

Sables de la collection d’Orbigny - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - A. Iatzoura

Le sable évoque les vacances, le moment où l’on prend le temps de profiter, de regarder. Il en fut ainsi du jeune Alcide Dessalines d’Orbigny, qui, sur les plages de Charente, regardait de très près ces petits grains, habitué par son père à ne pas seulement voir mais à regarder la nature.

Observant les petits grains de sable, il s’aperçut que ces derniers n’étaient pas tous identiques, et même que certains ressemblaient à des coquilles d’ammonites fossiles qu’il avait pu voir ailleurs dans la région, mais de taille bien inférieure. Sa curiosité était piquée, il se mit à en faire un inventaire, à les décrire en utilisant un outil optique approprié : le microscope (tel qu’il était développé à l’époque).

Le chercheur découvrait le monde microscopique ; mieux, il jetait les bases d’une nouvelle discipline : la micropaléontologie. Celle-ci est restée l’apanage du monde académique pendant plus d’un siècle, jusqu’à ce qu’au milieu du XXe siècle les industriels en comprennent l’intérêt économique en l’appliquant à leurs objets et productions.

Patrick De Wever

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves