Parastrongylidium martini sur fond blanc
Spécimen en alcool

Parastrongilidium martini

Parastrongilidium martini

Parastrongilidium martini est un microorganisme d'eau douce trouvé à Pierre-Grosse (Queyras) par Anne Fleury et Ghislaine Fryd-Versavel en 1980. C'est un organisme eucaryote unicellulaire cilié (Ciliophora), de forme effilée et dont l'organisation des cils est très régulière.

Parastrongylidium martini sur fond blanc

Parastrongylidium martini Fleury et Fryd-Versavel, 1984, Cilié d'eau douce, Queyras, France

© MNHN - M. Dellinger

Les « Ciliés » (Ciliophora), sont des microorganismes unicellulaires caractérisés par la présence de cils disposés en rangées (cinéties) ou en touffes (cirres), et par une copie partielle du matériel génétique du noyau (micronoyau) dans un volumineux noyau supplémentaire (macronoyau). Ce dimorphisme nucléaire est un caractère particulier des Ciliophora. L'identification taxonomique se fait principalement sur l'arrangement des cils, la forme du macronoyau et le nombre de micronoyaux. Les photos représentent différentes cellules colorées par la technique du protéinate d'argent (Protargol) qui montre la base des cils et les noyaux.

Anne Aubusson-Fleury (Chargée de Recherches au CNRS) raconte ici l'histoire de la découverte de Parastrongylidium martini :
Cette espèce fut trouvée dans un échantillon de fumier prélevé dans les Alpes. La définition d’un nouveau genre (Parastrongylidium) se justifie par la spécificité de l’implantation de la ciliature qui rappelle celle des Stongylidium par la torsion de ses rangées de cirres, tout en comportant un nombre plus élevé de rangées régulières. L’espèce a été dédicacée à Jésus Martin-Sanchez, étudiant en thèse de Cordoue passionné de Ciliés Hypotriches et venu étudier les techniques d’imprégnation au protéinate d’argent à la faculté d'Orsay.

L’identification de cette espèce en 1984 s’inscrivait dans le cadre d’une recherche de nouveaux critères pour définir ce que l'on regroupait alors sous le terme de « Ciliés Hypotriches ». L'analyse de cette espèce, qui s'apparente au premier abord à un autre groupe, a permis de tester ces nouveaux critères.

A l’époque, les Ciliés Hypotriches étaient avant tout définis par leur morphologie : une cellule généralement aplatie avec des regroupements de cils (cirres) sur l’une des deux faces. Ce critère était difficilement utilisable pour des espèces à petits cirres régulièrement disposées en rangées et ressemblant ainsi à des ciliés appartenant à d’autres groupes, comme par exemple celui des Hétérotriches. Mais la recherche de nouveaux critères a montré une autre caractéristique des Hypotriches : le renouvellement d’une large fraction de la ciliature lors de la division cellulaire, par opposition aux autres Ciliés non Hypotriches chez lesquels les nouveaux cils s’intercalent dans la ciliature parentale qui est transmise à la descendance. Cette caractéristique, dite « morphogénétique », permit alors de diviser les Hypotriches en deux grands groupes : les Pseudohypotrichina, chez lesquels seule la ciliature de la face ventrale est renouvelée, et les Euhypotrichina, chez lesquels c'est quasiment l’ensemble de la ciliature qui est renouvelée. Des caractères ultrastructuraux ont ensuite été trouvés associés à ces caractéristiques morphogénétiques. Afin de tester ces hypothèses, une recherche systématique d’espèces peu différenciées fut entreprise et permit d’identifier Parastrongylidium martini dont l’analyse morphogénétique et ultrastructurale démontra l’appartenance aux Hypotriches, ce qui en faisait l’un des représentants les moins différenciés.

La reconnaissance du critère morphogénétique pour ces groupes a été conservée dans la dernière classification des eucaryotes (Adl et al., 2012), mais avec des noms différents, Euplotia et Hypotrichia, ce dernier groupe comprenant le genre Parastrongylidium.

A. Fleury & G. Fryd-Versavel. « Unité et diversité chez les hypotriches (protozoaires ciliés) I. - Approche morphogénétique par l'étude de quelques formes peu différenciées ». Protistologica, T XX, fasc 4, 1984. p.525-546.

Parastrongylidium martini sur fond blanc

Parastrongylidium martini Fleury et Fryd-Versavel, 1984, Cilié d'eau douce, Queyras, France

© MNHN - M. Dellinger
Parastrongylidium martini sur fond blanc

Parastrongylidium martini Fleury et Fryd-Versavel, 1984, Cilié d'eau douce, Queyras, France

© MNHN - M. Dellinger

Parastrongylidium martini Fleury et Fryd-Versavel, 1984, Cilié d'eau douce, Queyras, France

© MNHN - M. Dellinger
Parastrongylidium martini sur fond blanc

Parastrongylidium martini Fleury et Fryd-Versavel, 1984, Cilié d'eau douce, Queyras, France

© MNHN - M. Dellinger
Parastrongylidium martini sur fond blanc

Parastrongylidium martini Fleury et Fryd-Versavel, 1984, Cilié d'eau douce, Queyras, France

© MNHN - M. Dellinger
Montage de photos de Parastrongylidium martini sur fond blanc

Montage - Parastrongylidium martini Fleury et Fryd-Versavel, 1984, Cilié d'eau douce, Queyras, France

© MNHN - M. Dellinger

Classification

Classification par rang selon Adl et al. Journal of Eukaryotic Microbiology, 59, 2012. pp. 429-493.

Eukaryota Chatton, 1925
SAR Burki et al., 2008
Alveolata Cavalier-Smith, 1991
Ciliophora Doflein, 1901 [Ciliata Perty 1852; Infusoria Butschli 1887]
Intramacronucleata Lynn, 1996
Spirotrichea Butschli 1889
Hypotrichia Stein 1859 [for Stichotrichia Small & Lynn 1985 sensu Lynn 2008]
Stichotrichida Fauré-Fremiet, 1961
Spirofilidae von Gelei, 1929
Parastrongylidium Fleury & Fryd-Versavel, 1984

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections

    Penicillium roqueforti

    Dans les réserves

    Radiolaire spumellaire

    Dans les réserves

    Algue brune

    Dans les réserves

    Talaromyces purpurogenus

    Dans les réserves

    Culture de moisissures

    Dans les réserves