Roche

Météorite de Semarkona

Les chondrites constituent le principal groupe de météorites. Leur composition chimique est similaire à celle du Soleil.

Météorite de Semarkona - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - L.-D. Bayle

Elles représentent plus de 85 % des chutes de météorites. Ce sont des roches très singulières, sans équivalent sur Terre. Certaines contiennent 20 % de fer métallique et, comme leur nom l’indique, sont constituées essentiellement de chondres, des petites billes de taille millimétrique composées de silicates et de métal, qu’on pense être les premiers solides du système solaire.

Les chondrites sont en quelque sorte des sédiments cosmiques regroupant des composants qui se sont formés en des lieux et en des temps différents. Ces roches très complexes permettent de comprendre les premières étapes de la formation des planètes à partir de la matière originelle de la nébuleuse solaire.

En dépit de deux siècles d’études intensives, on ne sait toujours pas très bien comment les chondres se sont formés. Un consensus se dégage autour du modèle dit des ondes de pression : ces dernières, animées de vitesses considérables de l’ordre de dix kilomètres par seconde, auraient parcouru le gaz de la nébuleuse solaire, provoquant la fusion de petits agrégats de poussière. Cependant, la source de ces ondes de pression est inconnue. D’autres modèles, faisant intervenir des impacts planétaires, concurrencent cette explication.

Matthieu Gounelle

Catégories

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Galerie de Minéralogie et de Géologie