L'humain est-il violent ?

La lecture des fossiles anciens ne montre pas de comportements violents entre hommes avant une quinzaine de milliers d’années et Homo sapiens. Mais si l’Homme moderne peut être violent, c’est plutôt la coopération qui le caractérise.

L'apparition de la violence

Meurtres, guerres… Force est de constater quHomo sapiens n’est pas qu’une créature pacifique. Depuis qu’il est apparu, sapiens a dû chasser pour se nourrir et se défendre contre des prédateurs. Un comportement à ne pas mettre sur le compte de la violence mais plutôt de l’instinct de survie !

Qu’en est-il des comportements entre hommes ? Les archéologues ont scruté les fossiles humains pour étudier les comportements de nos ancêtres. Rien ne laisse penser que sapiens ait fait la guerre avec ses cousins Homo appartenant à d’autres espèces. Aucun charnier avec des ossements de Néandertal - qui a côtoyé sapiens en Europe - n’a par exemple été retrouvé. Les premiers signes d’affrontements entre Homo Sapiens ont été retrouvés sur des fossiles vieux de 13 000 ans au nord de l’actuel Soudan. « Mais c’est à partir du Néolithique, il y a 10 000 ans environ, que les violences entre hommes ont pris un essor particulier », précise Evelyne Heyer.

On retrouve de plus en plus de fossiles avec des marqueurs de comportements guerriers : coups portés à la tête, thorax transpercés par des flèches… Une apparition de la violence qui va de pair avec la sédentarisation des populations humaines et le début des sociétés modernes. Mais la guerre n’est pas le propre de l’homme, puisqu’on a démontré des guerres entre des groupes de chimpanzés, souvent liées à un enjeu territorial.

L'humain sait surtout coopérer

Coopération d'un groupe de jeunes

Coopération au sein d'un groupe de jeunes

© N. Micolani - stock.adobe.com

Aujourd’hui, rien ne prouve que l’humain est « naturellement » violent. « En terme de comportement, c’est plutôt la coopération qui nous caractérise », tempère même Evelyne Heyer. Chez l’humain, si une mère meurt, d’autres individus prennent le relais pour s’occuper de l’enfant. Nous sommes également une des rares espèces à vivre en sociétés formées d’individus non-apparentés. L’homme certes, peut être violent, mais il sait aussi faire preuve d’altruisme, de compassion et d’empathie.

Article rédigé en 2015. Evelyne Heyer, Professeure au Muséum d’histoire naturelle (UMR 7206, Éco-anthropologie)

Manifeste du Muséum. Histoire naturelle de la violence

  • Coédition Muséum national d’Histoire naturelle / Reliefs Éditions
  • Auteurs : collectif, sous la direction de Guillaume Lecointre, zoologiste, systématicien et professeur du Muséum
  • Bilingue français / anglais
  • 2021
  • 96 p.
  • 7,50 €
    Quoi de neuf au muséum ?