Herbier de Jehan Girault

Hortus siccus

C’est à un étudiant en médecine du XVIe siècle, Jehan Girault, que l’on doit le plus ancien herbier de France. 

Herbier de Jehan Girault - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - G. Mermet

Le recueil rassemble de nombreuses espèces réputées pour leurs vertus thérapeutiques. À une époque où la botanique est l’apanage de la médecine, il complète l’Herbarium vivum, « l’herbier vivant », ouvrage orné de gravures de plantes, destiné aux médecins.

Girault était élève de Jacques Dalechamps, célèbre pour son Historia generalis plantarum (1586-1587), compilation des connaissances botaniques de son époque, et ses traductions françaises des œuvres des médecins grecs antiques.

Composé de 81 feuillets réunis en un volume, cet herbier présente 310 plantes collées ou cousues et étiquetées. L’arrangement des spécimens, dont la plupart appartiennent à la flore de la région de Lyon, ne semble répondre à aucun ordre logique : il n’est ni saisonnier ni géographique et n’est pas lié aux propriétés supposées des végétaux récoltés, même si l’on trouve des espèces alors considérées comme médicinales.

Conservée à la faculté de Lyon, la collection fut offerte par un certain M. Boissier de Lyon en 1721 à Antoine de Jussieu, botaniste au Jardin du roi d’origine lyonnaise. L’herbier Jehan Girault entra dans les collections du Muséum en 1857. Il a remarquablement traversé le temps : les caractères morphologiques sont presque toujours reconnaissables, certaines plantes ont même conservé leurs couleurs. 

Cécile Aupic

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Grandes Serres du Jardin des Plantes
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Arboretum Versailles-Chèvreloup