Spécimen vivant

Rose ‘Baronne Surcouf’

Rosa ‘Baronne Surcouf’

Créée au début des années 1990, la roseraie du Jardin des Plantes comprend près de 350 variétés horticoles – « cultivars » – de roses représentant les différentes étapes de l’histoire de la sélection des roses.

Rose ‘Baronne Surcouf’ - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - A. Iatzoura

Les rosiers, c’est-à-dire les plantes du genre Rosa, comptent environ 350 espèces sauvages originaires des régions tempérées et subtropicales de tout l’hémisphère Nord. 

Ce sont des arbustes épineux, parfois grimpants, à feuilles caduques. Leurs fleurs comportent cinq sépales, cinq pétales et de nombreuses étamines. Les rosiers sauvages, aux fleurs simples, également appelés églantiers, sont les ancêtres des roses cultivées. Les roses à fleurs doubles proviennent de mutations spontanées provoquant la transformation des étamines en pétales supplémentaires. 

Les variétés horticoles sont issues de sélections et d’hybridations complexes entre des espèces originaires d’Europe et d’Asie. Le processus débuté il y a plusieurs millénaires a conduit à la création de plus de 20 000 cultivars. Les espèces impliquées sont si nombreuses et le processus d’hybridations répétées si enchevêtré que, à quelques exceptions près, les variétés horticoles modernes ne sont attribuables à aucune espèce précise. Leur nom complet est donc constitué du nom de genre Rosa, suivi directement du nom de cultivar. 

Frédéric Achille 

Catégories

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Grandes serres
    Grandes serres
    Grandes serres
    Jardin des Plantes
    Dans les réserves