Spécimen naturalisé

Copihue

Lapageria rosea Ruiz & Pav.

Plante collectée dans le cadre d’enquêtes sur les plantes magiques et médicinales des Mapuche au Chili.

Copihue

© MNHN

La fleur de cette liane endémique du Chili est un des emblèmes du pays, désignée comme fleur nationale ; de nombreuses histoires et mythes lui sont associés. Pour les Mapuche cette plante est également une ressource alimentaire puisque ses fruits sont comestibles, et ses tiges sont utilisées pour fabriquer des vanneries.

Malgré son importance culturelle, cette plante est menacée par la destruction de son habitat naturel. Les forêts tempérées humides – bosque nativos – sont remplacées par des parcelles agricoles ou des plantations de pins et d’eucalyptus afin d’alimenter l’industrie de la pâte à papier dont le Chili est un des principaux producteurs mondiaux.

Copihue

© MNHN

Copihue

© MNHN

Lors de l’étude ethnobotanique menée en 2016 sur les plantes utilisées par les Mapuche, il est apparu que de nombreux usages et savoirs étaient menacés par le changement de mode de vie et de relation avec la nature. Cependant, de récentes initiatives locales et nationales tentent de valoriser ces savoirs afin de préserver la culture Mapuche et leur environnement. Cette étude a également permis d’illustrer la diversité des plantes et des savoirs associés, un des thèmes de l’exposition qui a eu lieu au Musée de l’Homme en 2017 : « Mapuche, voyage en terre Lafkenche », réalisée en collaboration avec le collectif d’artistes Ritual Inhabitual.

Cette recherche est un bel exemple de la vocation de l’ethnobotanique, qui est de documenter les savoirs et les savoir-faire liés au monde des plantes par les sociétés humaines de notre temps, et d’en conserver la mémoire, les herbiers étant le support physique nécessairement associé à la documentation écrite et visuelle.

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Musée de l'Homme