Tunique

Pagne-tablier

Tunique San (Namibie) faite d’une peau de jeune gazelle et ornée de perles de coquilles d’œuf d’autruche. Elle est surtout portée pendant les fêtes.

Pagne-tablier, Namibie - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - D. Brabant

Le vêtement est constitué de la peau d’une jeune antilope (Steenbok, Raphiceros campestris, Bovidae), quasiment complète et comprenant la totalité du dos et une partie du ventre jusqu’à l’encolure, la queue et les pattes sans les sabots. Elle est ornée de perles en coquille d’œuf d’autruche, de segments de bois et de piques de porc-épic. Un lien de cuir a été ajouté à chaque extrémité des pattes arrière afin de permettre de nouer le pagne à la ceinture, à l’arrière. Ce sont les femmes qui portent ces tabliers.

Des tuniques similaires en peau d’antilope sont ornées de perles de verre, à la place des coquilles d’autruche.

© MNHN - D. Brabant

Détail des perles en coquilles d’œufs d’autruche

© MNHN - S. Bahuchet

L’ornementation est une affaire de préférence personnelle, le vêtement étant associé chez les « Bushmen » en général à la personnalité de chacun et à son statut social. C’est en effet après avoir passé les rituels d’initiation que les jeunes adultes reçoivent de nouveaux vêtements. Dans certaines circonstances, notamment au cours des danses de guérison, un guérisseur pourra emprunter le vêtement de son épouse mais le portera sur le devant, occultant ainsi son propre pagne.
Ce type de vêtement apparaît sur de nombreuses peintures et gravures rupestres, ce qui atteste son existence depuis plusieurs siècles au moins, ainsi que son rôle social et symbolique important.

Manuel Valentin

Catégories

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves