Minéral

Liddicoatite

Cette tranche sciée et polie de tourmaline est célèbre : elle est l’une des premières, réalisée au Muséum même.

Liddicoatite - Muséum national d'Histoire naturelle

© MNHN - F. Farges

Le cliché de cette tranche fut publié en 1922 par le minéralogiste Alfred Lacroix. Les autres tranches sciées et polies par le professeur du Muséum furent serties par le joaillier parisien Jean Vendome dans son Arbre aux tourmalines en 1975.

Les tourmalines constituent une famille d’une quarantaine d’espèces minérales, se différenciant par leur composition chimique : la liddicoatite, en particulier, est riche en calcium, l’elbaïte en sodium.

Différentes variétés d’elbaïte sont reconnues selon leur couleur : la rubellite est colorée en rose par une variété de manganèse, dite « trivalente », tandis que la verdélite est verte à cause de la présence de titane et d’une forme de fer dite « divalente ». La tourmaline paraïba est colorée en bleu électrique par du cuivre, alors que l’achroïte, incolore, est rare.

Les tourmalines offrent en fait une infinité de couleurs, d’où son appellation de minéral « arc-en-ciel ».

François Farges

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Argent natif sur fond noir
    Galerie de Géologie et de Minéralogie
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Galerie de Géologie et de Minéralogie
    Dans les réserves