Minéraux

Diamant dans une kimberlite

Cette roche sombre et opaque, qui doit son nom à la ville de Kimberley où elle fut découverte et décrite pour la première fois, recèle un cristal incolore et transparent : un diamant.

Diamant dans une kimberlite - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - L. Bessol

Les cristaux naturels de diamant croissent le plus souvent pendant des temps géologiques longs à partir de fluides carbonés. Le record est détenu par un diamant millimétrique du Bostwana ; des chercheurs ont mesuré, grâce à ses inclusions de grenat, sa durée de croissance : deux milliards d’années !

La kimberlite est une roche d’anciennes cheminées volcaniques dont un grand nombre se sont mises en place à la surface de la croûte terrestre au Crétacé. Lors de ces violentes remontées, les magmas emportèrent des cristaux bien plus anciens, arrachés aux profondeurs du manteau terrestre, entre 140 et 700 km de profondeur, tel ce diamant âgé de plus d’un milliard d’années. Ce diamant ne s’est donc pas formé dans la kimberlite, laquelle a rapporté le précieux cristal vers la surface où il a été récolté par les mineurs.

Le diamant possède plusieurs âges : celui de sa cristallisation, celui de sa remontée vers la surface voire celui de sa découverte, comprise ici entre 1866 et 1889. Si 1866 correspond à la découverte du premier diamant en Afrique du Sud, 1889 est la date de donation de cet échantillon au Muséum, par le banquier Raphaël Louis Bischoffsheim, qui l’a ainsi préservé de la retaille.

François Farges

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Galerie de Géologie et de Minéralogie
    Galerie de Géologie et de Minéralogie
    Dans les réserves