Spécimen sec

Coupe de séquoia géant

Sequoiadendron giganteum (Lindl.) J. Buchholz

Pièce maîtresse de la xylothèque de l’Herbier national, visible à l’entrée de la galerie de Botanique, cette tranche provient d’un Séquoia géant (Sequoiadendron giganteum) de l’ouest des États-Unis. Elle fut offerte en 1927 à la France par l’État de Californie et la Légion américaine.

Coupe de séquoia géant, Galerie de Botanique - Muséum national d'Histoire naturelle

© MNHN - A. Iatzoura

Par la succession des cernes annuels formés lors de la croissance de l’arbre pendant près de deux mille ans, nous pouvons remonter le temps, guidés par des plaques en cuivre relatant une vingtaine d’événements historiques, depuis la naissance du Christ jusqu’à la guerre hispano-américaine (1898). Leur choix reflète une certaine vision de l’histoire, mêlant principalement des événements américains et français – fondation de l’université de Paris (1100), découverte de l’Amérique (1492), débarquement des pèlerins du Mayflower (1620), Déclaration d’indépendance américaine (1776), etc. Certains sont inscrits en français, d’autres en anglais.

Quand l’arbre lui-même, conifère de la famille des cyprès, fut abattu au début du XXe siècle, cela faisait plus de mille ans qu’il vivait parmi d’autres géants dans la forêt californienne. Les populations de séquoias ont été fortement réduites par la surexploitation forestière du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Depuis, la création de réserves naturelles a permis leur sauvegarde. Ces arbres pouvant atteindre jusqu’à 90 mètres de haut et une durée de vie de 3 000 ans font désormais la fierté des parcs nationaux comme celui de Yosemite.

Son nom latin a été attribué en hommage au Cherokee Sequoyah, inventeur d’un syllabaire de sa langue natale. 

Margareta Tengberg

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Grandes Serres du Jardin des Plantes
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Arboretum Versailles-Chèvreloup