Spécimen vivant

Araucaria

Araucaria rulei F. Muell

Les deux tiers des espèces d’araucarias sont endémiques de la Nouvelle-Calédonie. 

Araucaria dans les Grandes Serres du Jardin des Plantes de Paris - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - A. Iatzoura

Ce spécimen fait partie d’un lot de graines offert au Muséum en 1986 par le Centre technique forestier tropical de Nogent-sur-Marne. Parmi ces graines, devenues aujourd’hui de beaux arbres, figuraient plusieurs espèces de conifères de la Nouvelle-Calédonie. Différents spécimens d’Araucaria ont été plantés dans l’une des serres du Jardin des Plantes dédiée à la flore de cet archipel du Pacifique Sud – la photographie montre deux espèces, Araucaria rulei et A. scopulorum, côte à côte, dans le secteur du maquis minier.

L’histoire géologique particulière de la Nouvelle-Calédonie, notamment la richesse de ses sols en minerais (ultramafiques), a permis l’évolution d’une flore originale et unique au monde – dont 76 % de plantes endémiques ! Les Gymnospermes y abondent – plus de 40 espèces de conifères, dont 14 espèces d’araucarias.

Araucaria rulei est un grand conifère atteignant 20 à 25 m, à port conique pyramidal, puis en candélabre chez les individus âgés. Il s’épanouit en forêt dense humide et dans le maquis, du nord au sud de la Grande Terre, en populations clairsemées.
Celles-ci sont aujourd’hui gravement menacées – classées « en danger » par l’UICN – par l’exploitation minière et par bien d’autres fléaux. C’est aussi le cas de la plupart des autres conifères néo-calédoniens. 

Denis Larpin 

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Grandes Serres du Jardin des Plantes
    Dans les réserves
    Grandes Serres du Jardin des Plantes
    Dans les réserves
    Dans les réserves