Plante à fleurs

Oranger des Osages

Maclura pomifera

L’oranger des Osages Maclura pomifera est un arbre d’origine nord-américaine appartient à la même famille que les mûriers. En 1818, le botaniste Thomas Nuttall nomme cet arbre Maclura aurantiaca, Maclura en hommage au géologue William Maclure (1763-1830), président de l’Académie des sciences naturelles de Philadelphie, et aurantiaca signifiant orangé. En 1906, Camillo Karl Schneider lui donne son nom actuel Maclura pomifera (qui produit des fruits).

Branche d'un oranger des Osages

Oranger des Osages

© MNHN - B. Jay

USAGES ET TRADITIONS

L'Oranger des Osages fut découvert au XVIIe siècle aux États-Unis, dans l'actuel Missouri, alors territoire des Indiens Osages. Ces derniers utilisaient son bois pour fabriquer des arcs, et le latex de ses fruits et de ses racines, qui possède la particularité de jaunir au contact de l'air, pour se peindre le visage et teindre les vêtements.
Le bois de l'Oranger des Osages, très dense, résiste bien au pourrissement. Il est particulièrement apprécié pour la fabrication de manches d'outils, de poteaux ou de gournables (cheville en bois). Enfin, il brûle particulièrement bien, et longtemps. Il fut notamment employé par les colons pour la construction de traverses de voies ferrées.

M. pomifera était également utilisé pour délimiter les enclos du bétail avant l'introduction du fil de fer barbelé, en raison des épines longues et pointues poussant à la base des feuilles. Dans les États des Grandes Plaines, il est encore utilisé pour protéger les cultures du vent et limiter l'érosion des sols.
Plus rustique que le mûrier, M. pomifera fut introduit en France au début du XIXe siècle, en 1812 pour nourrir les vers à soie avec ses feuilles, mais cette expérience se solda par un échec. Il devint alors un arbre d’ornement. L'Oranger des Osages est désormais naturalisé, c'est-à-dire capable de se reproduire dans son nouvel environnement.

La tradition populaire prête à l'oranger des Osages la propriété de repousser divers animaux considérés comme nuisibles, tels que les araignées, les souris, les cafards etc. Une telle propriété n'a toutefois jamais pu être démontrée pour le fruit entier, bien que des extraits concentrés semblent avoir une influence sur les cafards. L'elemol, une molécule présente dans le fruit, repousse certains moustiques de façon similaire au DEET, un répulsif de synthèse utilisé depuis les années 50.

DANS LE JARDIN

Dans le Jardin des Plantes

  • Floraison : mai-juin
  • Fructification : septembre-octobre
  • Intérêt ornemental : Ornemental par les fruits portés par l'arbre femelle.

Conseils de jardinier

Ce petit arbre préfère grandir au soleil, en terrain sec. Sensible au gel quand il est jeune, sa croissance est rapide. Maclura pomifera est très rustique et aime les sols riches.
Il est ornemental principalement par l’originalité de ses fruits, ce qui implique de planter un pied femelle. Il peut être utilisé pour réaliser des haies défensives.
Multiplication par semis ou et principalement bouturage de racines et mises en coffre en hiver, le semis ne permet pas de contrôler le sexe de la plante, de plus le fruit est stérile s’il n’y a pas de pied mâle à proximité.

Photo en pied d'un oranger des Osages

Oranger des Osages

© MNHN - B. Jay
Branches d'un oranger des Osages portant des fruits

Oranger des Osages

© MNHN - B. Jay
Branches d'un oranger des Osages avec leurs feuilles

Oranger des Osages

© MNHN - B. Jay

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos plantes
    Cœur d'une fleur d'aristoloche géante
    Jardin botanique Val Rahmeh-Menton
    Jardin des Plantes
    Fleurs de cerisier d'hiver
    Jardin des Plantes
    Fleurs d'arbre de neige
    Jardin des Plantes
    Photo en pied d'un arbre bouteille
    Jardin botanique Val Rahmeh-Menton