Parure

Collier de Cro-Magnon

Les objets de parure font partie des plus anciennes traces de comportements symboliques à la préhistoire.

Collier de Cro-Magnon, Paléolithique supérieur - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN

Ce collier de coquillages reconstitué en est l’un des plus emblématiques car il a été découvert dans la sépulture de l’homme de Cro-Magnon.

Il été artificiellement reconstitué à partir de trente littorines et autres coquillages confiés au Muséum sur les quelque trois cents découverts dans la sépulture de l’abri de Cro-Magnon, aux Eyzies-de-Tayac, en Dordogne. S’il ne s’agit pas de l’unique contexte où des objets de parure ont pu être trouvés, les sépultures constituent des lieux privilégiés, notamment pour leur bonne conservation. Les objets de parure, comme ce collier, sont un reflet de l’attention portée à leurs morts par les groupes paléolithiques et de l’univers spirituel qui leur est attaché, dont le contenu nous échappe.

Ce collier associe différents coquillages, dont des littorines ou des fusus, tous délicatement perforés, et qui ont été associés ensemble dans un but certainement aussi bien esthétique que symbolique.
Outre les coquillages, d’autres matériaux ont pu être utilisés comme objets de parure, comme des dents d’animaux (canines de carnivores, incisives de rennes, canines de cerfs ou de biches, appelées craches, etc.) ou des fragments d’os et d’ivoire sculptés et aménagés.

Patrick Paillet et Eric Robert

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée
    Dans les réserves
    Dans les réserves