Les riches collections de bois du Muséum sont, depuis la réouverture du Grand Herbier en 2013, rassemblées dans une xylothèque abritant près de 12 000 spécimens, originaires de près de 80 pays sur tous les continents.


Présentation
La collection contient des échantillons de formats et de gabarits variés : plaquettes, rondelles, cubes, branches et parties de tronc ; la pièce maîtresse étant une gigantesque tranche d’un séquoia vieux de plus de 2000 ans, exposée dans le hall d’entrée de la Galerie de Botanique. La xylothèque abrite également des assemblages de racines et fibres végétales. Parmi les pays d’origine des bois, le Brésil, Madagascar, l’Australie, l’Inde, les États-Unis et la France sont les mieux représentés. Du point de vue taxonomique, près de 220 familles botaniques sont recensées, avec une prédominance de taxons provenant des régions tropicales et subtropicales.

Historique
Ces collections ont en grande partie été constituées en parallèle avec l’Herbier et lui sont ainsi complémentaires. D’une part, elles résultent de collectes entreprises sur le terrain depuis le début du XIXe siècle, parfois par des récolteurs illustres tels Humboldt et Bonpland, Claussen, Poilane ou Chevalier. D’autres échantillons ont été acquis par des échanges avec des organismes de foresterie et des institutions de recherche dans le monde entier.

Activités
Récemment réunies dans un local où elles sont faciles d’accès, les collections de la xylothèque sont actuellement en cours de classement. En plus de constituer un ensemble historique et patrimonial majeur, ces collections forment un outil pour la recherche et l’expertise. À la fois tissu végétal porteur d’informations taxonomiques et environnementales, et matière première, le bois intéresse de nombreuses disciplines scientifiques : systématique, écologie, paléo-écologie, paléobotanique, archéobotanique, ethnobotanique et sciences des matériaux. Associée à un plateau technique d’analyse des bois équipé de microscopes, les spécimens de la collection servent à la fois de matériel d’étude et comme référentiel pour l’identification des bois inconnus, d’origines diverses (fouilles paléontologiques et archéologiques, commerce, collections dans les musées etc.). La xylothèque constitue également un outil important dans le cadre des activités d’enseignement au Muséum (dont plusieurs modules de Master spécialisés en xylologie et paléoxylologie) ainsi que pour la diffusion des connaissances.

Illustrations
Tranche de séquoia de plus de 2,70 mètres de diamètre. Elle a été offerte à la France par la légion américaine (section Californie) après la grande guerre (1914-1918). L’arbre était âgé de plus de 2000 ans lorsqu’il a été abattu. Une série de plaques en cuivre indique des événements qui ont eu lieu au cours de la croissance de cet arbre. © MNHN - Margareta Tengberg

Rondelle de bois du genre Maba (famille des ébenacées), collecté par Georg Wilhelm Schimper en Abyssinie (l’actuelle éthiopie) en 1858. Ce naturaliste d’origine bavaroise s’est installé dans le pays à partir de 1836 et y est mort en 1878. © MNHN - Margareta Tengberg