Mammifères

Addax

Addax nasomaculatus

Présente historiquement à travers toute l'Afrique du Nord, la population d'addax a été largement chassée tout au long du XXe siècle, jusqu'à ne compter que quelques centaines d'individus. Cet animal est parfois appelé « antilope à nez tacheté ».

MODE DE VIE

L’addax vit dans les régions désertiques du Nord de l'Afrique. Il se nourrit d’herbes clairsemées et de feuillages, et s’hydrate majoritairement grâce à sa nourriture.

SIGNES DISTINCTIFS

Femelles et mâles arborent des cornes spiralées qui mesurent jusqu'à 1 mètre de long. Et même si le mâle est un peu plus corpulent, pas facile de les distinguer !

L'addax est l’antilope la mieux adaptée aux milieux désertiques : son pelage clair réfléchit la lumière des rayons du soleil, ses larges sabots lui permettent de marcher sur le sable chaud et son sang est refroidi au niveau du nez. Autre atout : son urine concentrée lui permet de limiter les pertes d’eau.

L'Addax en voie de disparition

Les populations d’Addax se sont effondrées à moins d'une centaine d'individus en raison de la chasse, de l'exploration pétrolière et des troubles civils. C’est l'ongulé le plus menacé du Sahara.

Réintroduire les populations d'Addax

La survie des populations d'Addax repose sur la protection des derniers individus sauvages et les programmes de conservation et de réintroduction auxquels participent plusieurs parcs zoologiques dont ceux du Muséum.

Des Addax issus sont régulièrement envoyés dans des réserves au Tchad, au Niger et au Maroc, d’où ils seront réintroduits dans la nature. Cette action s’accompagne d’un programme d’aide des populations humaines afin de rendre pérenne la protection à long terme du milieu et de sa faune.

Statut UICN : en danger critique d'extinction(CR), confronté à un risque extrêmement élevé d’extinction à l’état sauvage.

Groupe d'addax dans leur enclos.

Addax

© MNHN - F.-G. Grandin

Faites connaissance avec les antilopes du désert

Les oryx algazelles et les addax ne partagent pas le même enclos au Parc zoologique de Paris. En revanche, ces deux espèces de la famille des bovidés ont une caractéristique commune : elles comptent parmi les espèces les plus menacées et dont la conservation est la plus urgente.

Gros plan sur la tête d'un jeune oryx algazelle

Jeune oryx algazelle

© MNHN - F.-G. Grandin
Addax devant des arbustes.

Addax

© MNHN - F.-G. Grandin

Parrainer le groupe d'antilopes du désert

Vous pouvez parrainer cette espèce pour préserver la biodiversité et bénéficier de contreparties exclusives.

Parrainer cette espèce

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos animaux
    Tatou à six bandes femelle près d'une branche.
    Parc zoologique de Paris
    Ménagerie, zoo du Jardin des Plantes
    Femelle daim de Mésopotamie et son faon.
    Réserve zoologique de la Haute-Touche
    Deux zèbres de Grévy dans leur enclos.
    Parc zoologique de Paris
    Ménagerie, zoo du Jardin des Plantes