Abri Pataud

Ouvert d'avril à octobre

Cro-Magnon a de beaux restes ! Venez les découvrir au cœur de la Dordogne, à un jet de pierre de la grotte de Lascaux. L’abri Pataud est l’un des seuls sites préhistoriques de la région à présenter un chantier de fouilles et les techniques des archéologues.

Temps suspendu

Propriété du Muséum depuis 1957, l’abri Pataud propose aux visiteurs deux espaces de découverte. Le site préhistorique a été spécialement aménagé pour le public. Grâce aux différentes couches archéologiques, le visiteur peut se repérer dans la chronologie des civilisations qui se sont succédé sous la falaise des Eyzies. Elles révèlent aussi l’évolution des paysages au cours des millénaires. À quelques pas du site, un musée est installé dans un abri sous roche.

Voyage préhistorique

Comment a vécu la femme dont voici le squelette ? Qui a gravé le bouquetin sur la voûte ? Les questions se bousculent dans le public. Occupé pendant la première moitié du Paléolithique supérieur, l’abri Pataud conserve les traces de 15 000 ans de préhistoire, de l’Aurignacien (- 35 000 ans) au Solutréen (- 20 000 ans). Une époque marquée par la présence et l’activité des premiers Homo sapiens, appelés hommes de Cro-Magnon. Grands utilisateurs d’un outillage de pierre très perfectionné, ils ont aussi inventé l’art figuratif dans les grottes, les abris et les habitats. Pour le visiteur, l’occasion est belle de suivre les progrès de l’industrie lithique et osseuse et de voir la naissance d’une expression artistique qui s’épanouira au Magdalénien.

Chantier de fouilles - Abri Pataud

© MNHN - A. Iatzoura

Chantier de fouilles - Abri Pataud

© MNHN - J.-C. Domenech

Chantier de fouilles - Abri Pataud

© MNHN - J.-C. Domenech

Chantier de fouilles avec public - Abri Pataud

© MNHN - A. Iatzoura

Vies nomades

Il y a près de 35 000 ans, les premiers occupants de l’abri Pataud, les Aurignaciens, trouvent un refuge peu profond pour leurs courts séjours. Ce sont des chasseurs-cueilleurs semi-nomades. Vers - 28 00 ans, les Gravettiens s’installent pour des périodes plus longues dans cet abri que l’érosion a agrandi. À la fin de la civilisation gravettienne (- 22 000 ans), l’auvent s’effondre et il ne reste plus qu’un étroit couloir longeant la paroi rocheuse. Il sert alors de lieu de sépulture : 6 individus y sont inhumés.

Art et sépultures

L’une des premières révélations des fouilles est la mise au jour d’une sépulture de jeune femme accompagnée d’un nouveau-né. Suivent une vénus en relief, sculptée dans un bloc de calcaire, et de nombreux objets d’art mobilier – notamment une gravure d’un poisson sur bois de cervidé, des parures, des coquilles perforées, des galets décorés… À noter, cette dent humaine perforée, qui a dû être suspendue comme une pendeloque.

Musée sous roche

Accessible à tous, le musée de l’abri Pataud présente sur 75 m² les pièces les plus significatives parmi les deux millions retrouvées sur le site. Tout le travail de terrain des archéologues préhistoriens ainsi que le résultat de leurs fouilles y sont présentés. À l’occasion d’une visite, ne ratez pas la reconstitution de l’environnement, de l’habitat et du mode de vie des hommes préhistoriques. Alors, tenté par un retour aux origines ?

Chantier de fouilles - Abri Pataud

© MNHN - J.-C. Domenech
Comment venir

20 rue du Moyen Âge
24 620 Les Eyzies

pataud@mnhn.fr

Notes de bas de page