Oiseau

Vautour fauve

Gyps fulvus

Le vautour fauve est une espèce de rapace nécrophage présente des montagnes d’Eurasie jusqu'en Afrique.

photo d'un vautour

Vautour Fauve

© MNHN - F.-G. Grandin

Mode de vie

Le vautour fauve se nourrit essentiellement de carcasses et tient un rôle essentiel dans la chaîne alimentaire en limitant la propagation des maladies, et les pollutions bactériologiques causées par les cadavres. Cet « éboueur » naturel niche dans les falaises au sein de colonies qui peuvent aller jusqu'à plusieurs centaines de couples.

Quand une dépouille est repérée, les vautours avertissent leurs congénères en faisant des cercles concentriques, et en poussant de grands cris audibles à plusieurs kilomètres de distance.

Signes distinctifs

C'est l’un des plus grands rapaces présents en France. Sa vue exceptionnelle lui permet d’apercevoir les charognes à distance, et son bec crochu lui sert à déchirer les tissus les plus résistants !

Les vautours fauves sont aujourd'hui reconnus comme des piliers de l’écosystème par les bergers et les éleveurs. On compte aujourd'hui près de 600 couples recensés dans les Pyrénées, les Grands Causses, le Vercors, les Baronnies et le Verdon.

Les vautours fauves sont aujourd'hui reconnus comme des piliers de l’écosystème par les bergers et les éleveurs. On compte aujourd'hui près de 600 couples recensés dans les Pyrénées, les Grands Causses, le Vercors, les Baronnies et le Verdon.

Le vautour fauve : une espèce menacée

Les vautours avaient presque disparu de France entre 1920 et 1940. Les actions de conservation et de réintroduction dès les années 1980 permettent maintenant que la France soit le seul pays au monde où les populations de vautours sont en croissance. En revanche, les populations d’Afrique du nord et du Proche orient déclinent encore.

Cependant les effectifs restent faibles et les menaces persistent par les réseaux électriques, les activités récréatives de via ferrata, parapente et deltaplane qui gênent la nidification, les incendies, le déboisement, l’empoisonnement et les éoliennes.

L'action du Muséum pour protéger le vautour fauve

Le Parc zoologique de Paris prend part à une coordination entre zoos pour préserver la diversité génétique de l’espèce en vue de nouvelles réintroductions. L’aménagement de placettes d’équarrissage naturel à usage des éleveurs, où viennent se nourrir les vautours, participe à leur survie.

Faites connaissance avec les vautours fauves

Le groupe du Parc zoologique de Paris est composé d’une dizaine de vautours, parmi lesquels Satory. Âgé de 18 ans, il pèse près de 8 kg et mesure plus de 2,50 m d’envergure. Il partage sa volière avec sa femelle ainsi qu’avec ses congénères mais aussi d’autres espèces : un milan royal et un vautour percnoptère. Satory porte une bague verte et jaune à la patte droite.

photo d'un vautour fauve

Vautour Fauve

© MNHN - F.-G. Grandin

Parrainer les vautours fauves

Vous souhaitez parrainer cette espèce ? Grâce à votre don, vous contribuerez au financement de projets d'ampleur qui visent à améliorer le bien-être des animaux dans nos zoos et à mieux connaître les espèces menacées pour mieux les protéger dans leur milieu naturel. Vous pourrez également bénéficier de contreparties exclusives !

Je parraine les vautours fauves

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos animaux
    Ménagerie, zoo du Jardin des Plantes
    Un pélican frisé déploie ses ailes au bord de l'eau.
    Réserve zoologique de la Haute-Touche
    Toucan sur une branche.
    Parc zoologique de Paris
    Tête d'un pygargue aux plumes blanches et brunes.
    Réserve zoologique de la Haute-Touche
    Photo d'un ara de Buffon
    Ménagerie, zoo du Jardin des Plantes