Spécimen vivant

Plasmodium falciparum

Plasmodium falciparum

Plasmodium falciparum est bien tristement connu mondialement, car ce parasite protozoaire est l'un des plus redoutables pathogènes humains, responsable des formes les plus graves du paludisme.

Plasmodium falciparum Welch, 1897. Cycle intra-érythrocytaire. Stade anneau, premier stade de développement du parasite dans les hématies humaines, nommé ainsi à cause de sa forme circulaire sur frottis sanguin coloré au Giemsa. Le noyau apparait coloré en violet. 

© MNHN - P. Grellier

Avec son proche cousin P. vivax et trois autres espèces moins virulentes, P. malariae, P. ovale et P. knowlesi, ils se partagent la colonisation d'un complexe d'anophèles femelles (sorte de moustiques) de toute la ceinture intertropicale, menaçant de risque de paludisme près de la moitié de la population mondiale.

Comment un si minuscule micro-organisme — vous le voyez ici à l'intérieur d'un globule rouge ne mesurant lui-même que 7 µm — peut-il causer autant de dégâts ? D'une part, en détruisant massivement nos globules rouges de façon répétée (toutes les 48 h) et exponentielle (16 à 20 cellules infectieuses sont produites à chaque cycle) ; d’autre part, en contraignant les globules rouges parasités) produire des molécules d’adhésion à toute une diversité de tissus humains sur lesquels ils vont adhérer, obstruant les vaisseaux sanguins et causant de graves dysfonctionnements pouvant conduire à la mort.

La lutte contre le Plasmodium falciparum est difficile car, malgré sa taille minuscule, il a des capacités adaptatives performantes qui lui ont permis d’échapper à tous les antiparasitaires développés contre lui à ce jour. En 2019, un espoir de vaccin a émergé après cinquante années de tentatives acharnées, mais le combat n’est pas encore gagné.

Isabelle Florent

Oocyste isolé de la paroi intestinale d’un anophèle, formé à partir de l’ookinète mobile qui a traversé la paroi du tube digestif pour s’y installer. Des divisions multiples vont générer des milliers de formes infectantes, les sporozoïtes (formes mobiles émergentes de l’oocyste sur la vidéo), qui vont migrer vers les glandes salivaires et pouvoir être injectés à l’homme lors d’un repas sanguin.  

CC BY-NC-SA M. Labaied

Plasmodium falciparum Welch, 1897. Cycle intra-érythrocytaire. Stade anneau, premier stade de développement du parasite dans les hématies humaines, nommé ainsi à cause de sa forme circulaire sur frottis sanguin coloré au Giemsa. Le noyau apparait coloré en violet.

© MNHN - P. Grellier

Plasmodium falciparum Welch, 1897. Cycle intra-érythrocytaire. Stade schizonte, le parasite entre en divisions, plusieurs noyaux (au moins 4) sont visibles colorés en violet sur ce frottis sanguin.

© MNHN - P. Grellier

Plasmodium falciparum Welch, 1897. Cycle intra-érythrocytaire. Les divisions nucléaires du schizonte vont produire 20 à 30 nouveaux parasites, les mérozoïtes, qui vont être libérés dans la circulation sanguine et envahir de nouvelles hématies pour donner des stades anneaux.

© MNHN - P. Grellier

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves