Plante à fleurs

Goyavier de Chine

Psidium cattleianum Afzel. ex Sabine

Psidium cattleianum porte le nom de « goyavier de Chine ». Il s’agit d’une erreur car l’espèce est native du Brésil. Plantée à des fins alimentaires, notamment pour ses fruits à forte teneur en vitamine C, cette variété de Goyavier semble s’avérer invasive. Elle est donc sujette à surveillance.

Branches et tronc d'un goyavier de Chine

Goyavier de Chine (Psidium cattleianum) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton

© MNHN - A. Iatzoura

Étymologie

Psidium est un dérivé du grec sidion qui désignait l'écorce de la grenade. Cattleianum est un nom en l'honneur de William Cattley, célèbre horticulteur britannique.

Description et période de floraison

Psidium cattleianum est un arbre, parfois buissonnant, très ramifié et tortueux qui atteint 6 à 12 mètres de hauteur. Son écorce est brun-rouge, lisse et odorante. Les feuilles sont persistantes, ovales avec une pointe courte, vert foncé brillant. Les fleurs, très parfumées, sont dotées de cinq pétales blancs et roses et de nombreuses étamines jaunes ou rouges. Le fruit est une petite baie pourpre à maturité, à la peau lisse et brillante qui renferme de petites graines dures. Sa pulpe, blanche et juteuse, contient beaucoup de vitamine C (vingt fois plus que l'orange). Son goût, sucré et acidulé, a des notes de fraise des bois (d'où son nom commun) et de myrte.

Exigences écologiques

Tous les sols lui conviennent tant qu'ils sont bien drainés. Il apprécie un climat chaud ainsi qu'une exposition ensoleillée. Il ne tolère pas le gel.

Utilisations

  • Alimentaire : Le fruit est consommé cru, en jus, en tarte, en gelée, en sorbet, ou encore comme condiment dans les plats de viande (à La Réunion). Le jus peut également être vinifié, il est ainsi la base d'un vin pétillant à la Réunion.
  • Artisanale : Les perches sont utilisées pour confectionner des barrières, palissades, manches d'outils, fascines (assemblage empêchant l'érosion des sols) ou des toitures; le bois est transformé en meubles très ouvragés.

Remarques

Introduit dans de nombreuses régions tropicales, il s'est naturalisé jusqu'à devenir invasif, excluant les autres espèces et perturbant les écosystèmes, comme en Océanie, en Afrique australe et de l'Est, dans l'Océan Indien et dans le Pacifique. Il fait partie des 100 espèces les plus envahissantes de la liste de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos plantes
    Fleurs de faux kapokier
    Jardin botanique Val Rahmeh-Menton
    Jardin des Plantes
    Fleurs de parrotie de Perse au bout d'une branche
    Jardin des Plantes
    Feuillage d'un parrotiopsis
    Jardin des Plantes
    Photo de fleurs d'un arbre de Judée
    Jardin des Plantes