Découvrir la communauté

Pour collecter les données dont ils ont besoin, les scientifiques sollicitent des renforts. Des citoyens comme vous, mais aussi des professionnels, des amateurs passionnés ou encore des populations locales, sous d’autres latitudes. Mais qui sont ces contributeurs auxquels la biodiversité dit merci ?

Les informations collectées via les programmes de sciences participatives font progresser la connaissance. Relayées auprès des décideurs, elles éclairent également les politiques publiques.

Mobilisation des professionnels

L’observatoire agricole de la biodiversité propose ainsi aux agriculteurs la mise en place de 4 protocoles standardisés. Objectif : observer la faune sauvage sur leurs parcelles. Ces dispositifs permettent de suivre l’état de la biodiversité au sein de leur environnement et de sensibiliser ces professionnels à des pratiques favorables.

De son côté, le programme Florilèges sollicite les gestionnaires d’espaces verts. Le but est d’étudier la flore des prairies urbaines en relation avec les modes d’intervention adoptés. C’est l’occasion, là encore, de mettre en lumière l’effet des pratiques sur la qualité écologique de ces écosystèmes.

Baguage d'oiseaux

© MNHN - S. Forero

Concours des amateurs passionnés

Le Centre de recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux fait quant à lui appel aux ornithologues. À eux la possibilité de se former aux méthodes de baguage afin de participer aux 13 programmes nationaux participatifs de suivi des oiseaux par capture et marquage.

Depuis de nombreuses années, des amateurs avertis coopèrent également à l’identification de nouvelles espèces de mollusques collectés par les scientifiques lors d’expéditions marines.

D’autres se mobilisent, via l’écoute et l’enregistrement des ultrasons émis par les chauves-souris, pour évaluer l’abondance variable de ces populations de chiroptères dans le temps et l’espace.

Enfin, des contributeurs participent à la mise à jour du référentiel des espèces présentes en France (TAXREF). Ils aident aussi à l’identification et à la documentation des zones clés de biodiversité sur le territoire français (programme ZNIEFF).

Le baguage des oiseaux est un outil de recherche scientifique pour l’étude des migrations et des populations aviennes.

© MNHN - 2020

Partenariats locaux

Pour sa part, le projet Popei-Coll associe à la valorisation de leurs pratiques et de leurs savoir-faire les populations locales du Timor-Leste. Une implication qui permet de renouveler les politiques de conservation du patrimoine en lien avec les premiers concernés.

Dans le même esprit, le programme Patrimoine Fondjomekwet, à l’ouest du Cameroun, a pour objectif la réalisation d’un inventaire participatif avec des représentants de la population de Fondjomekwet : histoire de la chefferie et pouvoir central de celle du pays bamiléké, agriculture et élevage, artisanat et commerce font partie des thématiques explorées. S’y ajoutent l’environnement et l’habitat, l’architecture traditionnelle ou moderne ainsi que celle du palais royal.

Toute une communauté se mobilise pour faire avancer la science. Venez l’agrandir en choisissant le programme tous publics qui vous plaît !

Quoi de neuf au muséum ?
Retrouvez nos actualités et nos dossiers thématiques pour mieux comprendre l'Homme et la nature.

Notes de bas de page