Cent météorites du désert d'Atacama entrent dans les collections

Elles rejoignent les 1 500 météorites des collections du Muséum, réparties en 4 000 spécimens.


Tous les ans depuis 2008, une équipe internationale franco-chilienne (CEREGE / Muséum national d’Histoire naturelle / SernaGeonim / Université d’Antofagasta) passe le désert d’Atacama au peigne fin, à la recherche de météorites. La raison du choix de ce désert chilien ? Une aridité ininterrompue depuis des millions d'années, ce qui fait d'Atacama l'un des plus vieux déserts au monde et l'un des plus riches en météorites.

Lors de chaque expédition, les chercheurs observent le même rituel. Alignés côte à côte, ils balayent du regard la surface à explorer, ramassent toutes les météorites présentes sur leur passage et enregistrent leurs coordonnées précises. Cette collecte systématique s'accompagne d'un méticuleux travail de classification effectué sur plus de 1 000 météorites découvertes. La collection comprend par ailleurs des météorites parmi les plus anciennes au monde avec des âges terrestres moyens de 600 000 ans (contre 5 000 à 10 000 en moyenne dans les autres déserts chauds tels Oman ou le Sahara). Beaucoup de ces météorites ont déjà donné lieu à d’importantes publications scientifiques.

Aujourd’hui, cent météorites, parmi les plus intéressantes, entrent dans les collections du Muséum, déjà riches de 1 500 météorites réparties en 4 000 spécimens. Parmi ces nouvelles arrivantes, des objets exceptionnels dont une météorite de fer unique riche en « fleurs de graphite » ; un spécimen définissant un nouveau type de météorites, les « chondrites F » ; une nouvelle météorite martienne ; des échantillons de Los Vientos 014, la plus grande ellipse de chute au monde…

Une fois en collection, tous ces spécimens seront disponibles à la communauté internationale pour des études scientifiques.