Moulage

Diplodocus

Diplodocus carnegii

Le Diplodocus fut longtemps le plus long dinosaure connu, jusqu'à des découvertes récentes, en 2017, du Patagotitan. En 1908, l'installation de "Dippy" le Diplodocus de la Galerie de Paléontologie annonça les débuts de la dinomania !

Diplodocus

Diplodocus (Diplodocus carnegii)

© MNHN

Un géant du Jurassique

Ce reptile quadrupède, un temps considéré comme le plus gros animal terrestre, est à l’origine de la « dinomania »…

L’original du Diplodocus carnegii présenté à Paris, composite, fut découvert aux États-Unis, dans le Wyoming, dans des sédiments du Jurassique supérieur. La trouvaille du premier os date de l’année de l’ouverture de la Galerie de Paléontologie (1898). 

Dix ans plus tard, le moulage d’un squelette arrivait à Paris, grâce à la convoitise du roi d’Angleterre Édouard VII qui en avait voulu un pour lui… forçant gentiment le milliardaire américain Andrew Carnegie à offrir le même à une dizaine d’autres pays !

À Paris, le moulage – 324 os au total – arriva en plusieurs dizaines de caisses et fut assemblé en galerie grâce à de spectaculaires échafaudages de bois, puis inauguré le 15 juin 1908. 

On doit à l’un des pionniers de la paléontologie, Othniel C. Marsh, le nom de Diplodocus, forgé à partir du grec diplous, « double », et docos, « poutre », en référence aux chevrons situés sous les vertèbres caudales.

D’un point de vue zoologique, le Diplodocus fait, depuis sa découverte, l’objet de nombreux débats : quel métabolisme avait-il ? Était-il actif ou amorphe ? Était-il aquatique, amphibie ou terrestre ? Aurait-il eu une trompe ?! Pourquoi un si petit cerveau ?! Et quel rôle pour la queue, si longue et si fine, en fouet ? Regardez-le bien et interrogez-vous !

Christine Argot

Notes de bas de page