Du « Big dry » au « Sahara vert » : exploitation des animaux à la fin du Paléolithique en Afrique

Cours public

Depuis 20 000 ans, les conditions climatiques et environnementales ont connu de profonds bouleversements en Afrique. Recomposition des paysages, migrations ou disparitions de certaines faunes sauvages, autant de processus qui ont poussé les sociétés humaines à changer et adapter leurs relations au monde animal en fonction de ces conditions changeantes et plus ou moins contraignantes.


Comment les hommes ont-ils modifié progressivement leurs stratégies de chasse, de pêche, leurs pratiques alimentaires ? Ces évolutions résultent-elles uniquement de la pression de l’environnement ? Ou sont-elles le fruit d’un choix culturel ou social ? Et inversement, quels impacts ont eu les sociétés humaines sur ces paysages et cortèges fauniques ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre en prenant des exemples couvrant les 20 derniers millénaires et provenant principalement du Nord-Est africain.

Au grand Amphithéâtre du Muséum


Ils participent à l'événement

  • Joséphine Lesur

    Joséphine Lesur
    Archéozoologue - Maître de conférence
    Muséum national d'histoire naturelle


    Archéologue de formation, Joséphine Lesur étudie la relation entre l’homme et l’animal en Afrique à partir des restes osseux trouvés sur les sites archéologiques. Un de ses principaux thèmes de recherche concerne l’origine et diffusion des animaux domestiques. Elle travaille également sur l’évolution de la diversité faunique et des environnements au cours des dix derniers millénaires et la caractérisation des sociétés humaines dans leurs rapports au monde animal et aux paysages.


à voir aussi...