Rencontres autour de l'exposition - Les Mousses, sentinelles de la pollution

Conférence

Accessible aux visiteurs à mobilité réduiteAccessible aux visiteurs aveugles et malvoyantsAccessible aux visiteurs sourds et malentendants

Dans le cadre des rendez-vous de la Société des Amis du Musée de l'Homme, découvrez un cycle de conférences en écho à l’expo-dossier du Balcon des sciences : La pollution est dans la mousse.


Un lundi par mois de 12 h à 13 h 30

15 janvier : Les mousses des plantes méconnues

Les mousses sont de petites plantes chlorophylliennes constituées d’une tige et de feuilles qui se dispersent par des spores après reproduction sexuée. Elles poussent sur des substrats très divers (terre, rochers, écorce des arbres, etc) en milieu terrestre et aquatique. Elles colonisent toutes les régions du globe, depuis l’équateur jusqu’aux terres arctiques et antarctiques. De plus, elles possèdent quelques particularités biologiques remarquables, notamment le fait de pouvoir se reproduire sans fécondation (asexuée) et de tolérer une sécheresse prolongée.
Les mousses, bien que petites et en apparences insignifiantes, constituent une part très importante de la diversité végétale et occupent une place essentielle dans le fonctionnement de nombreux écosystèmes (tourbières, forêt tropicale, etc). Elles sont des végétaux pionniers qui participent à la formation d’un substrat permettant ainsi aux végétaux plus exigeants de s’installer à leur tour.

Avec Sébastien Leblond, chargé de recherche au Muséum national d’Histoire naturelle, responsable scientifique du dispositif BRAMM (Bio-surveillance des Retombées de Métaux par les Mousses).

Retrouvez la conférence sur notre chaîne Youtube

12 février : Les mousses, sentinelles de la qualité de l’environnement

Dépourvues de système vasculaire développé et de véritables racines, les mousses sont directement exposées aux variations du milieu. Elles répondent rapidement aux perturbations environnementales et fournissent ainsi des informations utiles sur la qualité des milieux aquatiques et terrestres, sur les changements climatiques et sur le réchauffement global ainsi que la contamination de l’air et l’eau.
Les mousses répondent aux perturbations du milieu de diverses façons dont les plus utilisées en bio-surveillance sont l’accumulation des contaminants chimiques (métaux, pesticides, etc.) et l’apparition ou la disparition d’espèces ou de groupes d’espèces. Enfin les brins de mousses abritent une grande diversité de microorganismes dont la diversité ou la structure de leur chaîne alimentaire sont utilisées comme indicateurs de qualité environnementale.

Avec Caroline Meyer, écotoxycologiste et chargée de mission au Muséum national d’Histoire naturelle, coordinatrice du dispositif BRAAM.

 

12 mars : Inventaires et protections des mousses de France

Les bryophytes sont des indicateurs de paramètres écologiques et de modifications du fonctionnement des écosystèmes de par leur grande sensibilité aux facteurs environnementaux. Les différentes études sur ce groupe ont démontré, par exemple, le rôle important des bryophytes dans le cycle des nutriments, dans la rétention et la disponibilité en eau, trois critères fondamentaux dans le fonctionnement des zones humides. On notera également en contexte forestier l’importance des tapis moussus pour la microfaune du sol.
Les mousses sont très sensibles au micro variation des éco-systèmes et colonisent toute sorte d’habitats souvent petits et fragiles, on parle de micro-habitat en particulier pour les espèces exigeantes. Un arbre ou un rocher portent donc de nombreux habitats différents en fonction de l’exposition, de la présence de fissures, de surplombs, de zones d'accumulation d'eau ou de débris fins, de la hauteur de l'arbre… A une échelle supérieure, une parcelle forestière peut être divisée en fonction des grandes expositions, de la présence de bancs de roches, de sources, avec des cortèges différents sur le bois mort et le bois sur pied ou selon les essences. L'étude des bryophytes d'un lieu donné doit donc tenir compte de toutes ces variations afin de collecter toutes les espèces présentes.

Avec Sébastien Filoche, botaniste, Directeur scientifique adjoint au Conservatoire botanique national du Bassin parisien /Muséum national d’Histoire naturelle.


Les mousses, sentinelles de la qualité de l’environnement


à voir aussi...