Co-évolution minérale et biologique

Conférence

Accessible aux visiteurs à mobilité réduite

Les êtres vivants participent à la formation des minéraux par le processus de biominéralisation. Inversement, les minéraux ont une influence sur les organismes. D’autre part, les météorites et les intérieurs des planètes nous montrent une diversification minérale indépendante de la Vie. L’examen de ces phénomènes nous permettra de poser un regard original sur la notion d’évolution voire même sur la définition du vivant.


L’évolution biologique « darwinienne » fournit le cadre de la diversification morphologique, physiologique et métabolique de la Vie sur Terre. Or, par le processus de biominéralisation, les êtres vivants produisent de nombreux minéraux, par exemple les phosphates de calcium des vertébrés, les aragonites des coraux ou les magnétites des bactéries magnétoactiques. Inversement les minéraux exercent une pression de sélection sur les populations biologiques, particulièrement microbiennes, renforçant ainsi les liens entre géodiversité et  biodiversité. On définit donc une co-évolution du minéral et du biologique, les deux phénomènes partageant des lois communes que nous examinerons. Toutefois, les météorites et les intérieurs des planètes nous montrent aussi une diversification minérale, indépendamment de la Vie, en simple réponse à des changements d’environnements. L’examen des parentés entre ces processus directeurs du règne minéral amène un regard original sur la notion d’évolution voire même sur la définition du vivant.

RDV à 18 h à l'Auditorium de la Grande Galerie de l'Évolution


Ils participent à l'événement

  • mnhn_avatar.gif

    François Guyot
    Professeur - Minéralogiste
    Muséum national d'Histoire naturelle


    Professeur au Muséum, responsable scientifique des collections de géologie, François Guyot enseigne également à l’université Paris-Diderot. Au sein de l’Institut de Minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC), il poursuit ses recherches dans l’équipe de Biominéralogie qui étudie les interactions entre microorganismes et minéraux. Depuis le 1e octobre 2017, il a été nommé membre senior de l'Institut universitaire de France.