Les aventuriers du Muséum : expédition Coelacanthe

Exposition

Grâce à une trentaine de photographies sous-marines exposées dans la Grande Galerie de l’Évolution, Laurent Ballesta, biologiste marin et plongeur-photographe naturaliste, et les scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle vous dévoilent la première rencontre entre l’homme et le cœlacanthe. Abandonnez ici vos a priori sur cet animal, ce n’est pas un poisson dinosaure rescapé du Jurassique, ce n’est pas un fossile vivant, ce n’est pas l’ancêtre des vertébrés terrestres… Le cœlacanthe est bien plus que cela !


Depuis sa découverte dans un filet de pêcheur, en 1938, alors qu’on le croyait disparu depuis 70 millions d’années, le cœlacanthe est considéré comme la plus grande découverte zoologique du XXe siècle. Ce géant paisible de deux mètres de long, avec ses étonnantes nageoires pédonculées, est le témoin vivant et inespéré des conditions de la sortie des eaux des vertébrés, il y a 370 millions d’années.

Une expédition inédite au monde
Espèce rarissime, vivant à plus de 120 mètres de profondeur, les difficultés techniques de plongée sont telles que jusqu’en 2013, aucune étude de cœlacanthe vivant n’a pu être effectuée avec autant de proximité. En 2010, Laurent Ballesta ramène les premières images d’une population de cœlacanthes récemment découverte dans les grottes de Jesser Canyon au large de la côte est de l’Afrique du Sud. Commence alors une belle aventure, celle de la mission Gombessa (nom africain du cœlacanthe), montée par Laurent Ballesta. Des scientifiques du Muséum, dirigés par le paléontologue Gaël Clément et des biologistes du South African Institute for Aquatic Biodiversity (SAIAB) étudient pour la première fois le cœlacanthe au plus près.

Mission protection !
Le Muséum abrite la plus grande collection de cœlacanthes au monde. Des spécimens sont présentés au public dans la Galerie d’Anatomie Comparée et la Galerie des espèces menacées et disparues de la Grande Galerie de l’Évolution. Cette collection unique a permis de nombreux travaux sur l’anatomie de l’animal.

Aujourd’hui, la mission Gombessa va permettre d’en connaître davantage sur son écologie. La proximité homme-animal, dans des conditions de plongées extrêmes, a permis la réalisation de protocoles expérimentaux précis. L’objectif étant de répondre aux questions cruciales relatives à la biologie et au comportement des cœlacanthes tout en assurant la sécurité des plongeurs et le respect des animaux.

Les données scientifiques collectées durant l’expédition (génétique, déplacements horizontaux et verticaux, comportements, communication etc.), permettent aujourd’hui de mieux comprendre l’histoire évolutive et l’écologie de ces animaux. Elles contribuent ainsi à la politique de conservation des cœlacanthes, toujours en grand danger d’extinction.

Laurent Ballesta, parti trois fois à la poursuite du cœlacanthe, a rêvé toute sa vie de cette rencontre. Avec cette exposition hors du commun, il fait partager au public un voyage exceptionnel et montre pour la première fois le cœlacanthe dans son écosystème naturel !

Cette exposition photographique illustre la mission scientifique Gombessa sur l'étude scientifique des coelacanthes en Afrique du sud. Cette mission a été possible grâce au soutien de la manufacture de haute horlogerie Blancpain, de la coproduction d'un film documentaire pour ARTE France par Les Films d'Ici, Andromède Océanologie, CNRS Images, et du Muséum national d'Histoire naturelle, du CNRS et du LabEx BCDiv (Diversités biologiques et culturelles : origines, évolution, interactions, devenir).

Pour en savoir plus sur l'expédition


La fiche de l'événement

Thématique scientifique ou vulgarisée

  • Biologie
  • Zoologie
  • Paléontologie

Site de l'exposition

Accédez au site

à voir aussi...