Naissances dans les 3 zoos du Muséum

Naissances

08.07.2020

De nombreux petits pensionnaires ont pointé le bout de leur nez dernièrement dans les 3 zoos du Muséum. Venez les découvrir !


Les petits de la Ménagerie

Beaucoup d'espèces ont mis bas avant ou pendant le confinement. Les femelles dik-dik et vigogne ont donné naissance en février dernier et se portent à merveille avec leurs petits. Deux jeunes tamarins lions dorés sont nés au mois d'avril : ce sont les premiers petits de Miska et Flash. Un moment d'autant plus fort que la reproduction chez ce petit primate, classé "en danger" par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), est rare : en un an, l'Europe n'a compté que 19 naissances... La colonie de flamants rouges a aussi accueilli un nouveau petit pensionnaire reconnaissable à son duvet gris. La famille des arkals s'est aussi agrandit ! Ces caprins montagnards originaires d'Asie centrale ont un sens bien aiguisé : pour bien les observer, la discrétion est de rigueur.

Mais la fin du printemps et le début de l'été ont aussi été remplis d'heureux événements ! Au mois de juin, un jeune binturong, un macaque à queue de lion, un petit singe de Goeldi et une jeune femelle bharal ont vu le jour ; et le 1er juillet, deux jeunes agoutis d'Azara, une famille de rongeurs sud-américains, sont nés à la Ménagerie.

Carnet rose au Parc zoologique de Paris

Vous pourrez constater que de nouvelles petites boules de poils se baladent dans l'enclos des suricates et des otocyons : et pour cause, cinq petits suricates sont nés en mai dernier ! Le 2 juin, ils ont fait leur premiers pas hors du tunnel creusé dans les terriers, accompagnés des adultes qui veillent sur eux constamment.

Une jeune femelle pudu est née à la fin du mois de juin : une excellente nouvelle puisque, dans son environnement naturel, cette espèce est décimée par le morcellement de son habitat et les attaques des chiens... À la même période, nous avons assisté à la première éclosion de cistude : une véritable aubaine car en France, cette petite tortue d'eau douce subit de nombreuses menaces : fragmentation de son territoire, pollution, assèchement des étangs... Un plan national d'actions a donc été créé pour sauvegarder l'espèce.

C'est désormais un secret de Polichinelle : les otaries à crinière Ela et Nora se préparent à mettre bas. Encore une bonne nouvelle puisque cette espèce se reproduit rarement. Les heureux événements sont attendus pour le courant de l'été. En attendant, elles sont suivies avec attention.

Envie de plus de surprises ? Découvrez la toute nouvelle nurserie du vivarium Europe ! Dans cet espace, vous rencontrerez des espèces locales, parfois méconnues ou mésestimées. Cétoine, vipère ammodyte, larves de tritons alpestres, têtards... Venez-voir les œufs en développement et les jeunes en pleine croissance !

Pendant ce temps, à la réserve zoologique de la Haute-Touche...

Durant le confinement, la réserve zoologique de la Haute-Touche a vu naître pas moins de 75 petits. Parmi eux, 6 louveteaux qui sont sortis de la tanière des loups de Mackenzie à la mi-avril ; deux mâles Takins de Mishmi, une espèce menacée originaire des montagnes himalayennes ; un jeune bouquetin de Nubie, une espèce très rare puisqu'elle ne compte seulement que 30 individus en Europe ; ainsi que deux nouveaux bouquetins du Caucase, dont la population est passée de 12 000 à 5 000 individus en 25 ans...

Mais vous pourrez également découvrir les différentes espèces d'antilopes (Elands du Cap, oryx beisa, antilopes cervicapres...), de cervidés (cerfs d'Eld, sika de Formose et Dybowsky, sika pseudaxis, cerfs du père David), les jeunes pécaris à lèvres blanches, sangliers, maras, wallabies, agoutis d'Azara mais aussi les oisillons des cygnes noirs, les jeunes oies d'Égypte, les deux petits du couple de touracos violet...

Vous ne savez pas comment vous occuper pour l'été ? Venez à la rencontre des nouveau-nés !

Autres articles associés à la catégorie « Naissances »