Karubenthos Guadeloupe 2012 2015

Deux campagnes océaniques pour réaliser l'inventaire des algues et invertébrés en Guadeloupe.

Trente ans après la création de l’Université Antilles-Guyane (UAG) et vingt ans après celle du Parc national de la Guadeloupe (PNG), de nombreux compartiments de la biodiversité de la Guadeloupe restent encore méconnus. Si les compartiments les plus emblématiques (poissons, coraux) des écosystèmes marins de la Guadeloupe sont maintenant bien inventoriés, il n'en va pas de même pour les compartiments du petit macrobenthos (les espèces de plus de 1 mm de longueur). Mollusques, crustacés, échinodermes et algues restent en effet l’une des boîtes noires dans l’inventaire de notre patrimoine naturel, alors même qu'ils sont les plus riches en espèces.

Réalisée du 2 au 30 mai 2012, la mission Karubenthos 1 vise donc précisément à combler cette lacune. Elle s’inscrit dans un renouveau des inventaires « de nouvelle génération », visant à alimenter les bases de données internationales – d’échantillons, d’images et de séquences moléculaires en réalisant un grand inventaire des algues et invertébrés marins des écosystèmes côtiers de Guadeloupe.

La mission Karubenthos 2 (du 6 au 30 juin 2015) cherche à inventorier les environnements profonds de la Zone économique exclusive (ZEE) de la Guadeloupe, de 50 à 800 mètres. Pour ce faire, l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) met à disposition des équipes le navire de recherche Anthéa. 20% des nouvelles espèces marines décrites dans le monde ont pour origine les expéditions du Muséum et de l’IRD : cette équipe est devenue le principal acteur de l’exploration de la biodiversité des grands fonds des mers tropicales.