Les Coelacanthes d’Afrique du Sud

Une expédition en Afrique du Sud a permis aux scientifiques du Muséum national d'Histoire naturelle et du South African Institute for Aquatic Biodiversity, accompagnés d'une équipe de plongeurs profonds, d'étudier au plus près la biologie et le comportement des cœlacanthes. Les résultats de cette mission vont permettre de mieux comprendre l'histoire évolutive et l’écologie de ces animaux proches parents des vertébrés terrestres et de contribuer à la politique de conservation des cœlacanthes, aujourd'hui en grand danger d'extinction.

La mission

En avril-mai 2013 une mission de 40 jours dans la Baie de Sodwana, au sein du Parc iSimangaliso de la réserve naturelle Ezemvelo, sur la côte est de l'Afrique du Sud, a permis d'obtenir des données scientifiques inédites sur une population de cœlacanthes découverte en 2000. Cette population de cœlacanthes est la seule connue au monde accessible aux plongeurs profonds. Présent à - 120 m de profondeur, l'écosystème de cette population est en effet moins profond que ceux des autres populations connues dans l'Océan Indien, situés généralement entre - 200 et - 400 m.
Cette proximité entre l'homme et l'animal a autorisé la mise en place de protocoles expérimentaux précis, non invasifs et dans les conditions non perturbantes pour les animaux. Les conditions de plongées profondes sont extrêmes, avec un fort courant, des conditions de mer souvent difficiles et un temps d'étude des cœlacanthes in situ limité à 30 minutes pour un temps de paliers de décompression atteignant 4 à 5 heures.


Les objectifs

Les protocoles scientifiques ont été réfléchis pour être les moins dangereux pour les plongeurs, les moins perturbants pour les animaux et répondant aux questions cruciales concernant la biologie et la conservation des cœlacanthes. Ces protocoles, pour la plupart nécessitant une méthodologie inédite, font intervenir des expertises et expériences multiples. Un excellent exemple de pluridisciplinarité scientifique au profit de l'étude et de la conservation d'espèces et d'écosystèmes marins. Les buts principaux sont :

  • apporter des informations sur la composition et la distribution de la population de cœlacanthes de la Baie de Sodwana en explorant de nouveaux canyons sous-marins et ainsi compléter le catalogue d’individus répertoriés ;
  • connaître l’environnement physique et la faune et flore associées aux cœlacanthes ;
  • comprendre les schémas d’activité circadienne, les déplacements à courtes et longues distances (dans et en-dehors de la Réserve de la Baie de Sodwana), ainsi que les migrations verticales des cœlacanthes de cette population ;
  • analyser les taux et répartitions génétiques des individus de cette population ;
  • étudier la morphologie fonctionnelle des cœlacanthes, en particulier leur mode de locomotion ;
  • appréhender le comportement social des cœlacanthes, en particulier leurs regroupements familiaux et les modalités de communication entre individus.

La synergie scientifique et technique entre les chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, du South African Institute for Aquatic Biodiversity, et les plongeurs profonds de l’équipe d'Andromède Océanologie a permis la réalisation d’un nombre important de protocoles scientifiques dans le but de significativement améliorer notre connaissance de la biologie et le comportement des cœlacanthes. Les résultats de ces études vont alimenter et faciliter la réflexion sur la meilleure politique de conservation de cette espèce rare et emblématique de l’évolution des vertébrés.


L'équipe

L'équipe de recherche est composée de scientifiques du Muséum national d'Histoire naturelle, du South African Institute for Aquatic Biodiversity (SAIAB, Grahamstown) et du South African National Biodiversity Institute (SANBI, Cape Town). L'équipe de plongée profonde est composée de plongeurs français menés par Laurent Ballesta (Andromède Océanologie) et de plongeurs sud-africains (Triton Dive Charter). La réalisation de cette mission a été possible grâce au soutien de la manufacture de haute horlogerie Blancpain, de la coproduction d'un film documentaire pour ARTE France par Les Films d'Ici, Andromède Océanologie, CNRS Images, et du Muséum national d'Histoire naturelle, du CNRS et du LabEx BCDiv (Diversités biologiques et culturelles : origines, évolution, interactions, devenir). 

Équipe de recherche

Gaël Clément, professeur au Muséum national d'Histoire naturelle (Département Histoire de la Terre, UMR MNHN/CNRS/UPMC CR2P), chargé de conservation de la collection de poissons fossiles, paléontologue spécialiste de l'histoire évolutive des coelacanthes et de l'origine des tétrapodes.

Jean-Benoit Charrassin, maître de conférences au Muséum national d'Histoire naturelle (Département Milieux et Peuplements Aquatiques, UMR MNHN/CNRS/UPMC/IRD 7159  LOCEAN), écologue spécialiste en suivi télémétrique des oiseaux et mammifères marins.

Régis Debruyne, ingénieur de recherche au Muséum national d'Histoire naturelle (Département Systématique et Evolution, UMS MNHN/CNRS 2700 OMSI), paléogénéticien spécialiste en phylogénie moléculaire.

Thierry Decamps, ingénieur d'études au Muséum national d'Histoire naturelle (Département Écologie et Gestion de la Biodiversité, UMR MNHN/CNRS 7179), spécialiste en biomécanique et morphologie fonctionnelle.

Hugo Dutel, doctorant au Muséum national d'Histoire naturelle (Département Histoire de la Terre, UMR MNHN/CNRS/UPMC CR2P et Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR MNHN/CNRS 7179), spécialiste de la morphologie fonctionnelle chez les coelacanthes.

Marc Herbin, maître de conférences au Muséum national d'Histoire naturelle (Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR MNHN/CNRS 7179), chargé de conservation de la collection de spécimens en fluide, neuroanatomiste et spécialiste en biologie fonctionnelle de la locomotion.

Angus Paterson, directeur du South African Institute for Aquatic Biodiversity (SAIAB), Grahamstown, Afrique du sud, biologiste marin.

Kerry Sink, South African National Biodiversity Institute (SANBI), Cape Town, Afrique du sud, biologiste, spécialiste de la protection de la biodiversité marine.

Équipe de plongeurs professionnels

Laurent Ballesta (biologiste marin et photographe) et son équipe de plongeurs en eau profonde : Florian Holon (biologiste marin), Thibault Rauby, Yanick Gentil. Cette équipe d'Andromède Océanologie était appuyée en surface par Jean-Marc Belin et Pierre Descamp.

Peter Timm et son équipe de plongeurs d'assistance (Triton Dive Charter).

Équipe média

Photographes : Laurent Ballesta (photos sous-marines), Barbara Brou (photos terrestres)

Blogueur : Manuel Lefèvre

Équipe de tournage : Co-production Les Films d'Ici, Andromède Océanologie, CNRS Images pour la réalisation d'un film documentaire pour ARTE (1h30) : Gil Kebaïli (réalisateur), Cédric Gentil (assistant réalisateur), Olivier Chasle (cameraman), Alexis Barbier Bouvet (preneur de sons).

Sans oublier le Dr Emmanuel Blanche, spécialisé en médecine sub-aquatique et hyperbare, qui à part le suivi des plongeurs n'a eu heureusement qu'à s'occuper des bobos terrestres des scientifiques…