Photo d'un tardigrade

Quelles sont les espèces qui nous survivront ?

Si un jour l’Homme disparaît, d’autres espèces animales et des espèces végétales continueront à vivre sur Terre. Et ce sont les espèces les mieux adaptées à leur environnement qui nous survivront. 

Deux scénarios probables

Il faut distinguer deux scénarios pour savoir quelles espèces nous survivraient : celui d’une catastrophe brutale qui entrainerait la disparition de l’Homme, ou celui d’un processus lent.

Dans le premier cas (épidémie massive, guerre nucléaire totale…)

Les espèces survivantes seraient celles qui sont insensibles au phénomène causal. Dans le cas d’une irradiation massive, particulièrement dangereuse pour les cellules vivantes, beaucoup de bactéries seraient indemnes.

Mais notons qu’un événement qui exterminerait tous les humains est hautement improbable… Des groupes d’humains isolés resteraient probablement en vie, répartis sur la planète.

Bactéries Escherichia coli colorisées observées au microscope

Bactéries Escherichia coli colorisées observées au microscope

© NIAID / Flickr, CC BY-SA

Si l’on est dans un scénario lent

L’espèce humaine ne disparaît pas mais se transforme progressivement en une autre espèce, d’autant plus différente que le temps passe.

On considère qu’il faut environ un million d’années pour qu’une espèce de mammifère apparaisse. Toutes les autres espèces évoluent comme nous mais pas forcément au même rythme, ce sont donc celles qui ont l’évolution la plus lente qui vont persister le plus longtemps, à condition que les conditions d’environnement ne changent pas radicalement. Comme le disait Darwin, il y a 200  ans, « Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements ». Les animaux qui nous survivront seront les animaux les plus adaptés à leurs milieux, et qui trouveront beaucoup de proies. Difficile de dire à quoi ressembleront les nouveaux visages du monde animal dans 5 ou 100 millions d’années.

Article rédigé en 2015. Alain Froment, Associé au Muséum d’histoire naturelle (UMR 7206, Éco-anthropologie)

    Quoi de neuf au muséum ?
    La carrière de talc de Luzenac
    Retrouvez nos actualités et nos dossiers thématiques pour mieux comprendre l'humain et la nature.