Famille

Quelle part d'ADN est partagée entre frères et sœurs ?

L’Homme et le chimpanzé ont entre 98 % et 96 % de leur ADN en commun. Mais l’Homme en partage plus avec tous ses semblables, et d’autant plus avec les membres de sa famille. Pour autant, chacun d’entre nous reste unique. Tous parents, tous différents !

La transmission de gènes par les parents

Tous les Hommes ont un grand pourcentage d’ADN en commun, environ 99,9 %. Chaque individu possède environ 3 millions de lettres de son ADN, sur un total de 3 milliards, qui diffèrent d’avec une personne d’une autre famille. Soit 0,1 % de différences génétiques… Ce qui reste une moyenne : le chiffre peut-être un peu plus faible entre deux frères et sœurs ou plus élevés entre deux personnes très éloignées généalogiquement.

Mon point commun avec mon frère ou ma sœur, c’est que, comme lui ou elle, 50 % de mon information génétique provient de ma mère biologique et 50 % de mon père biologique, pour ce qui est des 22 paires de chromosomes autres que les deux chromosomes sexuels X et Y qui composent notre génome chez Homo sapiens. Attention ! Il ne s’agit pas de la première moitié de mon génome provenant de mon père et de la seconde moitié de ma mère, mais d’une version de chaque gène hérité de mon père et de l’autre version de ces mêmes gènes hérités de ma mère. En effet, chacun de nos gènes est présent en nous en deux exemplaires, l’un de notre père et l’autre de notre mère qui, eux-mêmes, ont reçu chacun de leurs gènes en deux exemplaires de chacun de leurs parents et ainsi de suite en remontant d’une génération à la précédente.

Et justement, ce ne sont pas forcément les mêmes copies de chaque gène de mes parents qui ont servi au moment de fabriquer le spermatozoïde et l’ovule qui m’ont donné naissance, par rapport à celles qui ont servi à fabriquer le spermatozoïde et l’ovule qui ont donné naissance à mon frère ou ma sœur : c’est la loterie génétique de la reproduction !

La transmission de gènes par les parents

Jumelles

Sœurs jumelles

© O. Komarova - stock.adobe.com

En plus de cette loterie, de nouvelles mutations se glissent au hasard au moment de fabriquer l’ADN du futur spermatozoïde et du futur ovule ; des mutations qui sont propres à l’individus et qu’on ne retrouve dans aucun des deux ADN des parents. Combien y en a-t-il ? En moyenne 30 sur les 3 milliards de lettres de notre génome.

Ainsi personne n’est identique à son frère ou sa sœur sur un plan génétique (sauf les vrais jumeaux), même en étant issus des mêmes parents biologiques. Les frères et sœurs d’une fratrie n’ont pas tous le même nombre de différences génétiques entre eux et ne diffèrent pas tous aux mêmes endroits de leur génomes ! Pour répondre précisément à la question, il faut donc compter exactement les différences génétiques entre frères et sœurs, au cas par cas !

Article revu en 2023. Remerciements à Paul Verdu, Chargé de Recherche au Muséum d’histoire naturelle (UMR 7206, Éco-anthropologie)

Cet article vous a plu ?

Découvrez la newsletter du Muséum ! Un vendredi sur deux, recevez une sélection de 5 contenus autour des sciences naturelles. Au programme : une actualité, un dossier thématique, une question, un spécimen et une vidéo. Biodiversité, climat, évolution du vivant, origines de l'humain… tous les contenus sont soigneusement validés par les scientifiques du Muséum.

S'abonner à la newsletter du Muséum

    Quoi de neuf au muséum ?
    La carrière de talc de Luzenac
    Retrouvez nos actualités et nos dossiers thématiques pour mieux comprendre l'humain et la nature.