Quand est apparue la vie sur Terre ?

Les plus anciennes traces de vie sur Terre remonteraient à 3,8 milliards d’années.

Il est difficile de dater précisément la première forme de vie sur Terre, d'autant plus qu’il nous est difficile de définir ce qu’est la vie.[1]

À ce jour, les plus anciennes traces de vie sur Terre remonteraient à 3,8 milliards d’années, comme semblent l’indiquer des restes fossilisés retrouvés dans les roches sédimentaires. La vie était alors exclusivement aquatique et le restera pendant près de 3,4 milliards d’années !

Les premiers végétaux terrestres, caractérisés par les lichens et les mousses, apparaissent il y a environ 500 millions d’années. Mais ce n’est que vers -400 millions d’années que l’on trouve trace des premiers animaux évoluant sur la terre ferme.[2]

Les premiers animaux terrestres sont essentiellement des Arthropodes, un embranchement auquel appartiennent les insectes, les scorpions, les araignées, les mille-pattes... On retrouve aussi les traces des premiers gastéropodes terrestres : les Pulmonata, un ordre de mollusques qui regroupe les escargots et les limaces.

Frise des temps géologiques

Ma = Millions d’années
Hadéen
Archéen
Protérozoïque
Paléozoïque
Cambrien
Ordovicien
Extinction
Ordovicien-Silurien
Silurien
Dévonien
Extinction
du Dévonien
Carbonifère
Permien
Extinction
Permien-Trias
Mésozoïque
Trias
Extinction
Trias-Jurassique
Jurassique
Crétacé
Extinction
Crétacé-Paléogène
Cénozoïque
Paléogène
Néogène
Quaternaire

Si ces échelles de temps nous semblent difficilement concevables, elles n’en paraissent pas moins gigantesques en comparaison avec l’émergence du genre humain (Homo), dont les plus vieux fossiles remontent à 2,8 millions d’années, et encore plus avec celle de notre espèce Homo sapiens, que les récentes datations situent il y a environ 300 000 ans.

Par analogie, si l’on rapporte l’histoire de la vie de la Terre à l’échelle d’une année, notre histoire humaine ne représente que la dernière minute de cette année ![3]

Connaissez-vous LUCA ? Ce nom désigne le dernier ancêtre commun à tous les êtres vivants que nous sommes capables de reconstituer (Last Universal Common Ancestor). En effet, en dépit de grandes différences morphologiques et de modes de vie, tous les êtres vivants actuels sont cousins à des degrés divers puisqu’ils ont une origine évolutive commune. Les êtres vivants se répartissent en trois grands groupes : bactéries, archées et eucaryotes.[4]

Illustration de l'arbre phylogénétique du vivant. Les êtres vivants se répartissent en trois grands groupes : bactéries, archées et eucaryotes.

Arbre phylogénétique du vivant

© MNHN

Pour aller plus loin

[1] Patrick DE WEVER, Bruno DAVID et Didier NERAUDEAU, Paléobiosphère, Vuibert, 2010, p. 37-77.

[2] Patrick DE WEVER, Le Beau Livre de la Terre, Dunod, 2014, p.24, p.92, p.102.

[3] Bruno DAVID, À l’aube de la 6ème extinction, Grasset, 2021, p. 245.

[4] The Parisianer. Chroniques du Muséum - Éditions du Muséum national d’Histoire naturelle, 2021, p.24.

Article rédigé en avril 2022. Remerciements à Patrick De Wever, géologue, professeur émérite au Muséum national d'Histoire naturelle, pour sa relecture et sa contribution.

Cet article vous a plu ?

Abonnez-vous à notre newsletter ! Un vendredi sur deux, votre rendez-vous avec des actualités, des dossiers, des vidéos… sur la Terre et le vivant.

Je m'abonne

    Découvrez Nos dossiers

    Prélèvement de corail (Caulastrea echinulata) pour une étude génétique
    Nous ne sommes pas seuls dans notre corps... Voilà le constat qui a amené les biologistes à concevoir les êtres vivants comme des holobiontes.
    Face au changement climatique, pourquoi est-il urgent de préserver les milieux polaires ?
    Depuis plusieurs dizaines d'années, les cyanobactéries prolifèrent en raison de facteurs anthropiques. Qui sont les cyanobactéries ? Quelles sont les causes de leurs proliférations et comment les maîtriser ?