Murène ruban et étoiles de mer bleues dans l'aquarium récifal du Parc zoologique de Paris
Arrivées d’animaux

Nouvelles espèces : la murène ruban et l’étoile de mer bleue

1 octobre 2021

Une murène ruban et des étoiles de mer bleues ont rejoint l’aquarium récifal dans la biozone Madagascar.

Des nouveaux pensionnaires dans l’aquarium récifal

L’aquarium récifal du Parc zoologique de Paris vient d’accueillir deux nouvelles espèces : la murène ruban (Rhinomuraena quaesita) et l’étoile de mer bleue (Linckia laevigata).

Elles rejoignent les nombreux habitants de l’aquarium récifal : coraux, crevettes, ophiures, anémones, concombres de mer, bernard l’hermite... Cet aquarium présente des espèces endémiques de l’Océan Indien et des côtes malgaches.

Arrivée des étoiles de mer bleues dans l'aquarium

Une étoile de mer bleue est déposée dans l'aquarium récifal du Parc zoologique de Paris

© MNHN - F.-G. Grandin
Arrivée de la murène ruban dans l'aquarium

Arrivée de la murène ruban dans l'aquarium récifal du Parc zoologique de Paris

© MNHN - F.-G. Grandin
Arrivée de la murène ruban et des étoiles de mer bleues

Arrivée de la murène ruban et des étoiles de mer bleues dans l'aquarium récifal du Parc zoologique de Paris

© MNHN - F.-G. Grandin

5 choses à savoir sur la murène ruban

Découvrez quelques anecdotes sur la murène ruban !

  1. La murène n’est pas un serpent marin
    Malgré son aspect proche du serpent, la murène ruban est bien un poisson osseux. Sa morphologie allongée s’explique par un nombre élevé de vertèbres : plus de 270 ! Elle peut mesurer jusqu’à 1,2 m de long.
  2. Il existe environ 200 espèces de murènes
    La grande majorité des murènes vit en milieu marin ou en eau saumâtre. La murène ruban se distingue des autres espèces par son habitat. On la trouve au sein des récifs coraliens, donc dans des eaux peu profondes, entre 0 et 50 mètres de profondeur.
  3. La murène ruban naît mâle et meurt femelle
    Cet animal change de couleur, mais aussi de sexe, au cours de son existence. La murène ruban naît mâle, elle est alors de couleur noire avec un liseré jaune, puis elle est bleu électrique lorsqu’elle arrive à maturité sexuelle, et enfin devient femelle, entièrement jaune.
    Cette dernière phase est la plus courte et dure quelques mois seulement, au cours desquels elle pondra plusieurs milliers d’œufs avant de mourir.
  4. Elle possède deux mâchoires
    La murène ruban dispose d’une deuxième mâchoire, dite « pharyngée », en arrière de la première. Lorsqu’elle ouvre la gueule, cette deuxième mâchoire se retrouve mécaniquement propulsée vers l’avant. Cela lui permet de sécuriser sa proie et de la ramener plus vite dans l’œsophage.
  5. La murène ruban n’est ni venimeuse, ni vénéneuse
    La murène ruban est parfois supposée venimeuse, mais elle ne produit pas de venin. Ses morsures peuvent toutefois être difficiles à soigner en raison des infections bactériennes qui les accompagnent.
    Cette espèce n’est pas non plus vénéneuse, bien que ses chairs soient riches en toxines et donc impropres à la consommation.
Murène ruban dans l'aquarium récifal du Parc zoologique de Paris

Murène ruban dans l'aquarium récifal du Parc zoologique de Paris

© MNHN - F.-G. Grandin
Murène ruban dans l'aquarium récifal du Parc zoologique de Paris

Murène ruban nageant dans l'aquarium récifal

© MNHN - F.-G. Grandin
Murène ruban dans l'aquarium récifal du Parc zoologique de Paris

Murène ruban nageant avec d'autres poissons dans l'aquarium récifal

© MNHN - F.-G. Grandin

Notes de bas de page