Crâne fossile

Homme de La Ferrassie 1

Homo neanderthalensis

Le crâne de La Ferrassie 1 fut découvert lors de fouilles menées en 1909 par Denis Peyrony et Louis Capitan dans le « grand abri » de La Ferrassie, en Dordogne.

Homme de La Ferrassie 1 - Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN - J.-C. Domenech

Le squelette est l’un des squelettes néandertaliens adultes les plus complets connus. Il a été récemment daté entre – 47 000 ans et – 42 000 ans.

Le crâne, parfaitement conservé, est attribué à un mâle adulte dont la stature devait avoisiner 1,60 m pour 72 kg. Le cerveau devait atteindre environ 1 650 cm3 – quand celui d’Homo sapiens fait environ 1 450 cm3. Le crâne est allongé, bas, circulaire en vue postérieure, ce qui est caractéristique de cette espèce, comme la face bombée ou encore l’énorme épaississement au-dessus des orbites, de grande taille et arrondies. On ne distingue pas de trace de menton sur la mandibule qui montre un espace derrière la troisième molaire. Les premiers de ces caractères particuliers sont observés il y a 450 000 ans sur les restes de l’Arago, à Tautavel (Pyrénées-Orientales).

Le site livra six autres squelettes néandertaliens entre 1910 et 1921 : un autre adulte et cinq enfants, dont un fœtus d’environ sept mois et un nouveau-né. Les restes d’un huitième individu et quelques dents ont été exhumés récemment. Ces sépultures apportent la preuve que Néandertal enterrait ses morts. Les huit squelettes étaient associés à de nombreux ossements d’animaux et outils en pierre moustériens pouvant être interprétés comme des offrandes.

Dominique Grimaud-Hervé

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée
    Dans les réserves
    Musée de l'Homme
    Dans les réserves