Carte

Géographie des plantes équinoxiales

Cette carte est emblématique de la collaboration fructueuse d’Alexander von Humboldt et d’Aimé Bonpland, et de leur conception visionnaire de l’observation des écosystèmes.

Aimé Jacques Alexandre Goujaud dit Bonpland (1773 - 1858) et Alexander von Humboldt (1769 - 1859), Schönberger et Turpin (dessinateurs), Bouquet et Beaublé (graveurs), « Géographie des plantes équinoxiales : tableau physique des Andes et pays voisins », Paris, Langlois, 1805, carte imprimée, 61 x 91 cm, CM 5171 – FA

© MNHN

C’est dans les allées du Jardin des Plantes qu’Humboldt, jeune savant berlinois, rencontra Bonpland, auditeur assidu des cours de botanique donnés au Muséum national d’histoire naturelle. Passionnés de botanique, ils embarquèrent en 1799 pour l’Amérique équinoxiale (colonies espagnoles en Amérique du Sud). Ils y restèrent jusqu’en 1801, observant consciencieusement la nature, le ciel et la mer, et collectant plus de 5 800 spécimens de plantes, au cours d’un périple long de 15 000 km.

Cette carte témoigne du travail accompli au cours de cette expédition ainsi que de leur approche novatrice de l’observation. Réalisée d’après un croquis de terrain, elle représente l’étagement des plantes selon l’altitude sur le Chimborazo (volcan d’Équateur), ce qui en fait l’une des premières représentations d’une répartition spatiale précise des espèces. En outre, la carte exprime la mise en relation de cet étagement avec les données de l’environnement (animaux, température, pression atmosphérique, géologie, etc.).

Cette approche pluridisciplinaire du vivant, pensé dans le cadre de son environnement et des interactions avec lui, constitue une étape majeure dans la naissance de l’écologie au siècle suivant.

Chloé Besombes

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Bibliothèques du Jardin des Plantes
    Dans les réserves
    Bibliothèques du Jardin des Plantes
    Ménagerie, zoo du Jardin des Plantes